Accueil > Production > Productivité d’une Entreprise

Productivité d’une Entreprise

Production




On mesure l’efficacité de la combinaison productive d’une entreprise par l’évolution de sa productivité d’année en année.

La productivité
La productivité s’évalue par rapport à la production qui peut être elle-même mesurée de trois façons :
- P : production ;
- CA : chiffre d’affaires (montant des ventes) ; on parle de CA en ce qui concerne une entreprise et de PIB en ce qui concerne un pays.
- VAB : valeur ajoutée brute, soit PIB [production] – CI [consommation intermédiaires].

Comment calcule-t-on la productivité ?

- Productivité des facteurs de production = production / facteurs de production
- Productivité du travail = production / nombre de travailleurs ou nombre d’H de travail
La productivité du travail s’exprime aussi grâce au rapport :
Productivité apparente du travail = valeur ajoutée / nombre de travailleurs

La productivité est dite apparente dans la mesure où ce rapport ne précise pas de quels équipements se servent les travailleurs en question(en effet la productivité n’est pas la même lorsqu’on se sert d’équipements récents qui marchent bien ou de vieux équipements souvent défecteux…).
Productivité du capital = production / capital utilisé.

Origines et significations des gains de productivité

Gain de productivité : économie réalisée au cours du cycle de production. Lorsque la productivité du travail augmente en raison d’un investissement dans une machine plus performante, il faut savoir si l’amélioration de la productivité du travail n’a pas été annulée par le coût en capital de cet investissement.

Ce qu’il faut donc observer, c’est la « productivité globale des facteurs ». En effet, la productivité d’un facteur isolé, travail ou capital, n’est pas toujours synonyme d’une meilleure efficacité économique de l’entreprise. Ce qui importe au niveau d’une entreprise, c’est avant tout d’obtenir le plus bas prix de revient possible afin de réaliser, pour un prix de vente donné, le bénéfice maximum.

Dans la réalité, la productivité globale des facteurs est difficile à mesurer en raison des difficultés d’estimation de l’obsolescence, c’est-à-dire du degré d’usure du capital technique(machines par exemple) utilisé. Aussi se contente-t-on souvent de calculer les variations de la productivité du travail.

L’objectif de la combinaison productive : la Valeur Ajoutée

Un entrepreneur achète des matières première ou des produits semi-finis pour les transformer, on dit alors qu’il ajoute de la valeur à ces produits pour les vendre une fois terminés.
La production de l’entreprise s’évalue :

- par le CA (chiffre d’affaires), c’est-à-dire le total des ventes de l’entreprise ;
- par la VAB (valeur ajoutée brute).

VAB = Production - Consommations intermédiaires, soit : PIB – CI

On parle de CA en ce qui concerne une entreprise et… de PIB en ce qui concerne un pays.
Dans les deux cas, il s’agit du montant des ventes.

CI = Consommations Intermédiaires = MP(matières premières dont énergie) + produits semi-finis.
La VAB est dite valeur ajoutée “brute” car elle inclut la valeur du capital fixe qui, par usure et incorporation dans le produit, a disparu au cours de la production.

Amortissement : perte de valeur subie au cours d’une période donnée par un bien de production durable du fait de l’usure ou de l’obsolescence. Pour compenser ce phénomène, l’entreprise fait chaque année des “provisions pour amortissement”.

Obsolescence : un bien d’équipement est obsolète(ou obsolescent) s’il est soit usé, soit concurrencé par des biens du même type plus avancés techniquement; L’obsolescence de son matériel oblige souvent l’entreprise à le renouveler avant même qu’il soit usé.

VAN = Valeur ajoutée nette = VAB – amortissements

On obtient la valeur ajoutée “nette” en déduisant l’amortissement. En réalité, la comptabilité nationale n’évalue que la VAB. En effet, il s’agit de pouvoir comparer les valeurs ajoutées de différents pays, or les pays n’évaluent pas de la même façon l’usure de leurs biens d’équipement. Dès lors, il ne sert à rien de comparer les valeurs ajoutées nettes. De ce fait aucun système de comptabilité ne soustrait à la valeur ajoutée la valeur du capital fixe qui par usure et incorporation dans le produit a disparu au cours de la production.

Pour mieux comprendre le cycle de la formation de la VA :

Imaginons un entrepreneur : il commence à produire lorsqu’il dispose d’un terrain, d’un local, et des deux facteurs de production nécessaires : le capital(K) et le travail(W). Le capital est matérialisé par les biens d’équipement(machines, logiciels, brevets, etc.), et le travail par les travailleurs(des cadres jusqu’aux ouvriers).

Pour produire, l’entrepreneur doit acheter des matières premières dites Consommations Intermédiaires(CI). Il va ajouter de la valeur à ces CI en les transformant, on dit qu’il va créer de la Valeur, c’est-à-dire qu’il va ajouter de la Valeur aux matières premières et/ou produits semi-finis qu’il a achetés.

C’est pourquoi on l’appelle « Valeur Ajoutée ou VA ». La VA représente donc la richesse dégagée par une activité qu’elle soit évaluée au niveau du pays ou au niveau de l’entreprise.

Reprenons l’histoire de l’entrepreneur :

il a acheté les matières premières et/ou produits semi-finis, il les a transformés, il les a vendus. Il a donc réalisé un Chiffre d’Affaires(CA), soit le montant de ses ventes. Il va payer ses fournisseurs(ceux à qui il a acheté les matières premières et/ou les produits semi-finis).

Que va-t-il faire avec le reste, c’est-à-dire la Valeur Ajoutée ? Il va la partager.

La VA est en effet partagée entre cinq parties prenantes :

- les salariés : masse salariale ;
- l’État : les impôts liés à la production, les charges sociales ;
- les institutions financières : remboursement des emprunts effectués ;
- les actionnaires : les dividendes(c’est-à-dire le bénéfice distribué) ;
- l’entreprise : “l’autofinancement” constitué de :
la dotation aux provisions et aux amortissements(capital mis de coté chaque année pour pouvoir remplacer le matériel obsolète et faire face à d’éventuelles difficultés de paiement des fournisseurs)
+ les bénéfices non distribués(autrement dit « le profit » qui revient à l’entreprise).

La production de toutes les entreprises sur le territoire national s’évalue par le PIB :

PIB = somme des VAB (valeurs ajoutées brutes) de toutes les unités de production présentes sur le territoire national + la TVA + les droits de douane.



Partagez cet article :






Commentaires :



Articles relatifs :






Rejoignez la communauté Ecossimo :

+ de 100 000 inscrits !


      Newsletter

 En Cadeau : le guide offert !



Rejoignez nous sur Facebook :


Suivez nous sur Twitter :

et sur Google+ :



Vous êtes :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Cours d'économie

Retrouvez tous nos cours de lycée et articles sur le monde économique et son actualité !

  Voir les Cours


> Et aussi

  Decouvrez le Forum Banque Banqueo, le comparatif du credit immo, le guide du Forex et apprenez a mieux investir en bourse avec Boursissimo sans oublier le Guide de l'assurance Assuranceo et son forum.

Dossiers