Rejoignez Ecossimo !

Vos cours d'économie offerts à l'inscription !

Rejoindre Ecossimo

guillaume92

Membres
  • Content Count

    7
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

guillaume92 last won the day on October 26 2017

guillaume92 had the most liked content!

About guillaume92

  • Rank
    Nouveau membre
  1. Bonjour VVP, Merci de ces informations. En fait la limite de cette politique c'est la confiance qu'ont les gens dans les banques centrales. Comme quoi l'économie est plus une question de psychologie que de raison. Bonne journée à toi. Guillaume
  2. Bonjour CIMB, Je me suis renseigné sur le fonctionnement de l'Agence France Trésor (AFT). Le remboursement en capital de la dette se fait en...empruntant. Sur ce graphique que tu pourras retrouver dans le rapport d'activité 2016 de l'AFT (http://www.aft.gouv.fr/documents/{C3BAF1F0-F068-4305-821D-B8B2BF4F9AF6}/publication/attachments/26123.pdf), la France a émis 185 mds de dettes pour couvrir 70 mds de déficit et rembourser 115 mds de dettes (hors intérêts, seulement le capital). Donc pour répondre à ta question, si l'Etat rembourse la dette en contractant de nouvelles dettes, le niveau global de dette ne risque pas de baisser tout de suite, même avec un déficit à 0%. Cela dépendra quelle part du remboursement de la dette sera affectée au budget. Avec 1700 mds de dettes et un déficit à 0%, si l'Etat décidait de rembourser 60 mds de dettes par les impôts et 40 mds en émettant de nouveaux emprunts, pour avoir un stock de dette de 0 il faudrait attendre 86 ans. La dernière fois que le budget de l'État était équilibré, c'était il y a 44 ans. Donc à mon avis, tu n'es pas prêt de voir l'État avec 0% de dette. Dans les faits, cela n'arrivera probablement pas, car si tu rajoutes 60 mds de dépenses au budget de l'État, il y aura probablement une révolution dans l'heure ou un régime dictatorial qui fera régner l'ordre de manière très musclée. Historiquement, les États ont plusieurs méthodes pour réduire leurs dettes drastiquement : - la méthode moyen-âgeuse: tuer ses créanciers (comme l'a fait Philippe le Bel). Méthode qui heureusement n'est plus appliquée. - la méthode de la dévaluation monétaire: c'est la méthode qui fut appliquée par Raymond Poincaré en 1928 (Le franc or passa de 322 mg d'or à 65 mg d'or, ce qui correspond à une dévaluation du Franc de 80% - on estime alors que les créanciers de la France on perdu 1 000 mds de Francs 1929). Mais cette méthode n'est plus applicable depuis l'adoption de l'euro car l'Allemagne refuse de dévaluer la monnaie commune. - la méthode du défaut de paiement (appliqué 10 fois par la France, la dernière fois en 1812, cf. wikipedia) J'espère avoir répondu à tes questions sur le volume de la dette. Bonne journée. Guillaume
  3. Merci VVP. Ta réponse est effectivement intéressante concernant la création monétaire qualitative. Elle permet de bien comprendre les enjeux et les impacts de la méthode qualitative (modification des taux interbancaires). Mais mon interrogation concernait la méthode quantitative, lorsqu'une banque centrale rachète directement des titres auprès de l'émetteur. Par exemple quand la FED rachète les bons du trésor américain auprès du Department of Treasury ou des créances "subprimes" auprès de sociétés américaines. Mes trois questions portaient sur cette deuxième méthode. Néanmoins je te remercie de ta réponse et te souhaite une bonne journée. Bien cordialement, Guillaume
  4. Bonjour Kerlouané. Le budget de l'Etat comprenait en 2016 environ 238 milliards d'euros de recettes pour 314 milliards d'euros de dépenses soit un déficit de 76 milliards compensé par un excédent de 7 milliards pour les comptes spéciaux. Cela représente bien un déficit de 69,1 milliards d'euros pour le budget de l'Etat. Sachant que : - 46 milliards ont été transférés aux collectivité territoriales - 19 milliards à l'Union-Européenne Soit en tout 65 milliards, presque l'équivalent du déficit. Source : Projet de loi de règlement 2016 ci-joint en PDF. Je n'ai pas encore trouvé d'informations sur le budget des collectivités territoriales (CT), mais celui-ci ne comporte pas de déficit puisque c'est l'Etat qui "prend" les dettes pour les CT sur son bilan. L'Etat est le prêteur en dernier ressort. De même pour la sécurité sociale. Si son "trou" est très faible avec 5 milliards, c'est parce qu'un tiers des recettes de la sécurité sociale sont fiscalisées (CSG-CRDS) et donc collectées par l'Etat. Sinon cela ferait longtemps que la Sécurité Sociale ne fournirait plus les mêmes prestations sociales. Bien que je ne possède pas effectivement de budget consolidé pour les CT, je sais qu'elles sont assez peu endettées (heureusement) pour l'instant, puisque l'Etat dans une large part pourvoit à leurs ressources. Maintenant, avec les lois de décentralisation, les CT peuvent également s'endetter. Et avec la diminution des dotations de l'Etat, il est sûr que les impôts locaux et les recours à l'emprunt vont augmenter. N'hésite pas si tu as des questions. Bonne journée. Guillaume PLR 2016.pdf
  5. Bonjour, Quelques questions sur la création monétaire. Un Etat peut créer de la monnaie de deux façons. Qualitativement en modifiant les taux interbancaires. Quantitativement (politique hétérodoxe très utilisée de nos jours) en rachetant des titres sur le marché primaire (FED) ou secondaire (pour la BCE) en l'échange de monnaie centrale (l'argent utilisée par les banques commerciales entre elles). J'ai cru comprendre que la deuxième technique a été appliquée par la FED pendant la crise de 2008 afin de garantir la liquidité du marché interbancaire. En fait, la FED a racheté des créances "pourries" (les subprimes) au lieu de laisser les opérateurs du marché obligataire faire faillite avec des produits ne valant plus rien. Mes questions : - Quel est le risque d'une telle pratique ? - Les banques centrales peuvent-elles ainsi absorber le risque de tout le marché en cas de défaillance de celui-ci et ceci de manière infinie ? - Existe t-il une limite à cette pratique ? Je vous remercie par avance de vos lumières et vous souhaite une bonne soirée. Guillaume
  6. guillaume92

    Guillaume

    Bonjour, Guillaume 26 ans, je prépare les concours de la DGFIP. Je suis des cours d'économie et m'interroge comme beaucoup d'autre sur cette matière parfois imprévisible. Bien à vous, Guillaume
  7. Bonjour Cimb, Je suis nouveau également sur le forum. Ce que je peux dire, c'est que quand le déficit est à zéro, cela ne veut pas dire que le volume de la dette diminue. Cela veut dire que le volume de la dette n'augmente plus. Par exemple, 3% du PIB de déficit représente à peu près 70 milliards d'euros. Donc avec un déficit de 3%, la dette augmente d'environ 70 milliards d'euros tous les ans. Avec un déficit de 0%, la dette augmente de 0 €. Le remboursement en capital de la dette n'est pas pris en compte dans les dépenses du budget de l'Etat français. Le capital de la dette est géré par l'Agence France Trésor (Je ne suis pas un expert là-dessus d'ailleurs et je ne sais pas comment se rembourse le capital puisqu'il est traité hors budget). Seulement les intérêts sont pris en compte dans les dépenses du budget. Donc avec un déficit à 0% la charge d'intérêt est couverte à 100% (comme toutes les autres dépenses) par les recettes de l'Etat français. Après, ce n'est pas par ce qu'un Etat a un déficit à 0% qu'il n'emprunte plus sur le marché. Il peut emprunter mais couvrir ses emprunts par des recettes (stratégie d'investissement) et dégager un excédent. En théorie cependant, comme l'Etat français honore ses dettes tous les ans, effectivement si la France arrive par miracle à avoir un budget à 0%, le stock de la dette, logiquement, diminuera puisqu'elle rembourse ses créanciers régulièrement. Maintenant, les emprunts étant réalisés sur des échéances tellement élevées (30 ans voire plus), je ne suis pas sûr que l'effet soit immédiat. Du coup je pense qu'il faudrait se renseigner sur la gestion du capital de la dette française par l'Agence France Trésor. Voilà. Sur ce je te souhaite une bonne soirée. Guillaume

© Ecossimo - Contact - CGU - Annonceurs