Rejoignez Ecossimo !

Vos cours d'économie offerts à l'inscription !

Rejoindre Ecossimo

Just2know33

Dette et Economie Française, comment va notre Nation?

12 messages dans ce sujet

(remise en forme du sujet posté en 2013 - update en réponse)

Bonjour à tous, Tout d'abord, mes excuses pour la durée longue d'actualisation de ce sujet, j'aimerai l'alimenter plus souvent mais mes activités professionnelles me prennent du temps (j'ai trouvé un poste chez un Inter-Dealer Broker reconnu) et l'actualité économique me préoccupe au point de ne plus m'orienter sur les caractéristiques de l'Economie et de la Dette Francaise.

Comme vous avez pu le constater en lisant mes posts, je suis assez optimiste sur la situation française (et dans une certaine mesure je le suis toujours) quand on compare notre potentiel de croissance qui sont:

_ un niveau de richesse nominal parmi dans le top 10 mondiaux

_ un niveau de natalité et d'éducation important

_ une attractivité touristique importante et attractivité des investisseurs parmi le top 5 des pays développés.

_ des infrastructures de pointe

_ une situation géographique favorable

_ un niveau de croissance sensiblement égal au plus haut de 2007

Mais voila, dans le contexte global où nous sommes, avec des pays majeurs comme les USA et le Japon qui ont des dettes supérieurs à 150% de leurs PIB et des politiques monétaires agressives, qui ont fait flambé les cours boursiers et provoqués une ruée sur les actifs physiques (comme l'or et l'immobilier) - la situation est en phase de se retourner. En effet, une politique monétaire qui a pour fondement d'augmenter la masse monétaire à pour conséquence de faire chuter la valeur de cette monnaie. L'exemple japonais en est flagrant. En monnaie étrangère, cette dette augmente et un jour, la parité entre les monnaies sera tellement criante que la confiance se trouvera ébranlée. Aujourd'hui, la plus part des dettes sont libellés en grande partie en devise USD ($) c'est pourquoi le cours du dollar varie peu - dans la mesure où les investisseurs ont confiance en l'Economie américaine.

Cependant, dès que cette confiance sera brisé, qui peut croire que les Etats-Unis vont réussir à rembourser à terme toute leurs dettes - en sachant que leur principal créancier sont la FED et les ménages américains. En entretenant le Quantitative Easing, cela a pour conséquence de créer une spirale vicieuse. Bref, si vous le voulez bien, nous allons créer un autre sujet sur le forum pour en discuter et approfondir.

Pour clôturer (temporairement) sur le sujet de la dette française, je ne crois pas quelle soit à un niveau trop élevée si l'on prend en compte un remboursement en devise étrangère. Le cours de l'euro devrait augmenter permettant ainsi un désendettement moins coûteux. Concernant l'Economie française, il est difficile de se projeter dans la mesure où la situation économique mondiale est si incertaine. Mon sentiment est que si la France arrive a entretenir des partenariats économiques avec les pays européens et des émergents comme le Brésil ou l'Inde, et quelle arrive à protéger son marché intérieur - nous devrions maintenir un PIB/habitant acceptable.

Voila, en espérant que ce sujet vous passionne. Cordialement, Guillaume

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :


>> A lire : Les manuels d'économie manipulés par l'extrême gauche ?

Je viens de m'inscrire, je trouve les contributions de Guillaume très pertinentes ! A bientôt de te lire, et pourquoi pas débattre, Bien cordialement, Jori

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

(Sujet sans préjugés idéologiques ou politiques merci : )

Bonjour à tous, Le sujet que je souhaiterai lancer, partager et faire avancer en débattant de manière collaborative, concerne la dette de notre pays la France, qui serait selon certains critiques mais aussi économistes, prise de dette chronique à un taux anormalement élevé.

Habitant de ce pays, et citoyen, comme vous, je suis concerné et il se doit de savoir si notre pays tient la route financièrement et à un cap économique stable et profitable pour Elle, comme pour Nous, les citoyens – premiers concernés.

Je vous propose de nous concentrer en première partie de ce sujet à définir ce qu’est une dette d’Etat, et comment elle est perçue par les prêteurs, qui sont aussi des investisseurs. Nous pourrons passer ensuite à lister les points forts et points faibles du patrimoine matériel, immatériel, financier et culturel que notre pays a à faire valoir sur le marché international.

Pour se faire, je vous propose de compléter ce sujet et répondre aux sujets qui vous touche et pour lesquels vous auriez des éléments à ajouter, notamment au travers de chiffres, liens, opinions et exemples documentés. Ce sujet pourra nous permette de mesurer le pouls de notre belle Nation, qui de siècle en siècle malgré freins et aléas, a réussit à progresser dans de nombreux secteurs, technologies et droits – voyons ensemble si, face aux marchés et à l’opinion populaire, nous pouvons faire avancer un débat instructif et qu’il nous révèlera peut-être que notre situation économique nationale n’est pas si dégradée dans l’économie mondiale. En vous remerciant par avance de partager avec nous, les savoirs de citoyens intéressés : )

Cordialement, P.S Si le sujet devient trop techniques, flous ou mal documentés n’hésitez pas à le signaler et à apporter votre contribution.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Bonjour,

Alors nous allons commencer par le début, qu’est-ce qu’une dette d’Etat, ou dette publique ? Au sens commun du terme. Définition http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/dette-sens-maastricht.htm) « La dette au sens de Maastricht couvre l'ensemble des administrations publiques au sens des comptes nationaux : l'État, les organismes divers d'administration centrale (ODAC), les administrations publiques locales et les administrations de sécurité sociale.

La dette au sens de Maastricht est calculée dans le cadre des comptes nationaux mais elle est définie de façon spécifique. Elle ne comprend pas l'ensemble des passifs financiers mais uniquement les numéraires et dépôts, les titres autres qu'actions que sont les bons du Trésor (BTF et BTAN), les obligations assimilables du Trésor (OAT), les Euro medium term notes (EMTN), ainsi que les emprunts ; en sont exclus les produits dérivés et les autres comptes à payer et à recevoir. C'est une dette brute au sens où on ne soustrait pas aux éléments de passifs retenus les actifs financiers des administrations publiques. Elle est consolidée : sont donc exclus du calcul de la dette les éléments de dette d'une administration détenus par une autre administration. C'est le cas par exemple des dépôts des administrations publiques au Trésor. La dette au sens de Maastricht est évaluée en valeur nominale, c'est-à-dire à la valeur de remboursement du principal. Ainsi, les intérêts courus non échus ou les fluctuations des cours des titres ne sont pas compris dans l'évaluation des instruments, alors que la réévaluation de la valeur de remboursement des titres indexées sur l'inflation (OATi, BTANi et CADESi) est prise en compte. » Nous constatons donc que la définition de la dette, défini au niveau européen, n’est pas absolue dans la limite où elle n’englobe pas l’ensemble des sub-administrations publiques et sous gestion – et ne prend pas en compte certains comptes extra-comptables (comme les dettes des comptes spéciaux de l’Etat). Cette définition sera mise en perspective par rapport aux critères d’évaluation d’une dette : liquidité, solvabilité, niveau de ressources propres, richesse nationale, actifs possédés… Pour compléter ce sujet, nous allons essayer de connaître le périmètre de consolidation de la dette étatique afin de juger la pertinence du chiffre actuel : 1.83T€ (+ 0.7T€ d’engagements à terme non pris en compte dans la définition de Maastricht).

Je vous recommande aussi la définition du site Universalis, si vous avez un compte : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dette-publique/1-definition-de-la-dette-publique. De plus, je viens de trouver une analyse récente intéressante concernant la valeur intrinsèque de notre pays : http://www.economiematin.fr/eco-digest/item/3297-valeur-patrimoine-france-dette-publique-maastricht - que nous approfondirons.

Enfin, pour comparer le poids de la dette française en Europe, ce petit lien bien fait de google nous permet de nous rendre compte des réalités en fin 2011 :https://www.google.fr/publicdata/explore?ds=ds22a34krhq5p_&met_y=gd_pc_gdp&idim=country:fr&dl=fr&hl=fr&q=dette%20publique#!ctype=c&strail=false&bcs=d&nselm=s&met_y=gd_mio_eur&scale_y=lin&ind_y=false&idim=country:fr:de:uk:es:it&ifdim=country:country_group:eu&hl=fr&dl=fr&ind=false

Grâce à ces différentes pistes nous allons continuer à définir ce qui englobe la dette nationale. A très bientôt !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Bonjour à tous,

Précédemment nous nous sommes intéressés à la définition d’une Dette souveraine – qui, comme nous l’avons vu est calculée en valeur brute, et nous avons aussi vu qu’on a l’habitude de la comparer avec le niveau du PIB.

Succinctement, nous pouvons décrire le PIB comme la mesure de richesse brut créée sur un territoire d’après l’addition des valeurs ajoutées (Prix de vente – Coût de production). Son calcul est rapporté au niveau de l’inflation moyen du pays. (N’ayant pas trouvé de sources plus clairs, je vous renverrai à la définition de Wikipedia du PIB réel https://fr.wikipedia.org/wiki/Produit_int%C3%A9rieur_brut_r%C3%A9el et le PIB en valeurs et volumes https://fr.wikipedia.org/wiki/Produit_int%C3%A9rieur_brut#Mesures_en_volume_et_en_valeur – qui décrive notamment très bien l’impact de l’inflation sur le calcul du PIB).

En France, comme dans de nombreux pays, c’est un institut publique national qui calcul ses indicateurs – pour nous l’INSEE. C’est pourquoi, quand un investisseur souhaite investir sur une dette, il prend en compte ses données en y corrélant d’autres sources (publiques ou privés) afin de se faire une idée de la situation du pays. Nous pouvons cités par exemple les enquêtes et sondages de Thomson Reuters, IPSOS, les avis des brokers, les rapports de l’OCDE et de la commission européenne.

En effet, comme dans toute transaction la qualité de l’information est un élément essentiel – l’acte d’investissement est normalement un acte conscient et qui engage. Il est intéressant de remarquer que la soutenabilité de la dette française, dans les médias, est rarement comparée au niveau de son patrimoine et de son revenu ; comme c’est le cas d’une dette privée. Pour une dette privée (ménages et entreprises) il est souvent préconisé que le niveau d’endettement ne dépasse pas les 1/3 des revenus nets – c’est-à-dire la différence entre les revenus stables et les dépenses récurrentes. (http://www.banque-info.com/fiches-pratiques-bancaires/comment-calculer-sa-capacite-dendettement).

De plus, il est important de noter, qu’outre les ratios de solvabilité, l’investisseur juge le niveau de crédibilité du projet d’ensemble dans lequel cet emprunt vient s’inscrire. Dans le cas d’un prêt, la banque sera attentive au fait que l’endettement ne finance pas le fonctionnement de l’ « activité courante » (voir Bâle III et IFRS) mais l’investissement dans l’activité.

Je vous renverrai notamment aux définitions du BFR et FRNG concernant les entreprises. Notons aussi que même les banques sont depuis cette année soumises à des ratios de solvabilité : LCR (Liquid Coverage Ratio < 1 mois ) et NSFR (Net Stable Funding Ratio < 1an). Ils doivent représentés un niveau de fonds sécurisés d’environ 7%. Alors pourquoi bien que la dette française correspond à près de 90% du PIB et que la différence entre ses recettes et dépenses représente presque 2 fois la charge de la dette – à 87.2G€ ; les investisseurs continuent à vouloir de la dette française ? Nous continuerons à étudier ce sujet en approfondissant les éléments étudiés par les investisseurs pour juger de la solvabilité d’un Etat; nous citerons notamment :

_ le contexte macro-économique et des IDE

_ la composition du PIB / Dépenses / Recettes de la France

_ la dette et la variation des devises

_ les fonds de l’Etats (caisses de retraites, or…)

Je vous dis à bientôt – en espérant que le sujet vous intéresse et que vous ferez partager votre savoir avec la communauté. En attendant je vous souhaite une bonne journée et je vous invite à lire ces articles qui débattent du même thême : http://www.les-crises.fr/historique-pib-france/

Petit article de l’expansion sur le niveau de soutenabilité de la dette: http://lexpansion.lexpress.fr/economie/non-la-france-n-est-pas-en-faillite_370320.html

Et bien sûr, une source incomparable d’information – l’OFCE : http://www.oecd.org/fr/statistiques/

*[De mon point de vue et d’après plusieurs lectures concordantes, les statistiques publiées par l’INSEE ne sont pas trop remises en cause au niveau mondial, c’est pourquoi j’essayerai de prendre le plus possible les chiffres de l’INSEE. Avis contraire merci de se manifester.]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

bonjour Just2know33. je voudrais un peu élargir ce sujet parce que dans ta problématique et dans ton développement tu parle de dette publique, puis de solvabilité (capacité à faire face à ses dettes), si on concentre notre raisonnement sur l’État, il n'y a pas théoriquement de problème de solvabilité parce que un Etat peut lever des impôts quand il veut. Ainsi généralement on étudie plutôt la notion de soutenabilité; c'est à dire qu'on étudie l'évolution de la dette vis à vis des prévision pour voir si cela débouche sur des problèmes de solvabilité. Étudier la soutenabilité de l’État revient donc a étudier le deficit publique. Mais avant d'aller plus loin il faut définir les différents déficits, et là je bloque un peu. il y a -le déficit primaire: Dt ( c'est le montant emprunté par l'Etat à la periode t) -les charges d’intérêts: iBt-1 (c'est les intérêts que doit payer l'Etat pour sa dette contracté en t-1) >>Bt= Bt-1 + Dt + iBt-1 B=dette D=déficite il y a donc insoutenabilité si le taux d’intérêt et supérieur au taux de croissance (Effet Boule de Neige, on paye plus qu'on ne gagne) Mais avant d'aller plus loin il faut définire encore quelque déficits -déficits structurelles: définition?? conséquence sur la dettes? sur l'économie? y en a t-il d'autre??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Bonjour,

Comme l'a très bien remarqué Garou, les indicateurs de soutenabilité de la dette[ sont très importants car ils permettent de s'intéresser au corolaire de l'Etat (ou parties prenantes), en mesurant les paramètres de son fonctionnement ; nous pouvons citez comme indicateurs quantitatifs, facteurs, projections et études de variations :

_ le revenu réel moyen (ou médian*) / habitant, qui permet notamment de mesurer la capacité de l'Etat à lever un impôt (comme Garou l'a fait remarqué)

_ les réseaux féviers, routiers, internet, portuaires, de financement.

_ les lois et décrets

_ la situation économique et sociale de la population

_ les relations diplomatiques

_ le climat social ...

La liste est longue et sera amener à grandir.

Cependant, la question de la solvabilité se pose bien car elle l'aboutissant de la soutenabilité; bien sûr nous ne parlons pas de défauts de solvabilité global, mais ciblés - nous pouvons imaginez que le parlement fasse voter une loi pour que les dettes dites "séniors" (attention à ne pas confondre avec la dette privée) détenus par certains établissements financiers étrangers ou même Etat, pour rembourser à la valeur nominale sans surplus d'intérêts - par exemple.

Car quand nous parlons de "marché de la dette française", ce marché est composée d'institutions qui ont des liens avec le pays - donc ces mêmes liens peuvent être commercial, diplomatique, intimes voir vénales. Le principal pourvoyeur de fonds disponibles, c'est le PEA (voir ci dessous) Mais le profil des investisseurs sont nombreux, et il sera intéressant d'étudier la composition. Le PIB, comme indicateur endogène est important à connaitre, mais celui-ci ne permet pas vraiment de calculer les rentrés fiscales d'un Etat et de sa population (de ses entreprises en grande partie).

Les indicateurs que nous étudions en priorité dans ce sujet sont les revenus, les dépenses, actifs et passifs - il faut raisonner comme un investisseur pour étudier ses facteurs. Pour étudier le contexte micro et macro économique, il faut raisonner en spectateur et en citoyen conscient. Un mot sur le déficit public; bien qu'il reflète une gestion en flux tendus de la dette, et donc creuse un écart qui n'est pas comblé par un actif, le déficit est un moyen de financement comme un autre.

Si vous étudiez les moyens de financement à court terme, le "découvert" est l'un des moyen les moins coûteux. Concernant le calcul de la dette, je vous invite à peaufiner vos recherches, et à nous le faire partager en actualisant votre article.

Mais pour le calcul de la soutenabilité, je vous conseille pour commencer une addition simplifiée de son patrimoine et des ressources disponibles par rapport à sa dette, nous citerons par exemple ses éléments:

_ les réserves d'or théoriques et physiques sur le territoire (près de 100 milliards théoriques dans les estimations, plus si on compte les réserves des pays étrangers en Banque de France)

_ les fonds disponibles, par ordre de liquidité, disponibles par l'Etat (les réserves comme les caisses de retraites 1.300G€°, le Livret A pour plus d'un 250G€*, les fonds étrangers, les placements...)

_ son patrimoine - 80G€ rien que pour le patrimoine public France métropolitaine (n'oublions pas les ambassades, les terres en friches, les îlots, les territoires exploitables...)- Opinion personnelle: Bien que le chiffre soit sous évalué, le potentiel du territoire français est immense - rappelons-le, avec les Etats-Unis, seul la France à des territoires dans tous les continents)

_ le patrimoine immobilier des particuliers et entreprises

_ les recettes annuelles

_ la variation de la parité de l'Euro - qui, si la dette est détenu en monnaie étrangère, fait varié le poids de la dette. ...

Un calcul rapide pour une dette d'environ 2.1T€ pour 1.63T€ de ressource disponibles rien qu'avec les éléments chiffrés énoncés*

A ACTUALISER - Un nouveau calcul est nécessaire - Ce calcul doit être pondéré en fonction de la volatilité de leurs indices de référence (ex: épargne, investissement financier, immobilier, perspective de croissance, inflation, taux d'endettement, coût du crédit...)*

Pour conclure, la nationalisation et la réquisition du patrimoine privé, à mon sens est possible dans la mesure où le droit, la raison d'Etat et l'histoire le laisse penser - le droit du sol prévaux et devra toujours l'être. Nous reviendrons sur chacun de ses sujets, le plan général du forum est forcement voué à évoluer. Si le sujet est trop technique, n'hésitez pas à demander une vulgarisation de certains principes : ) ont est là pour s'aider pas pour se prendre la tête bêtement : )

En espérant avoir apporter de l'eau à vos moulins et de l'eau dans vos vins. A bientôt,

Notes:

° Fonds qui dorment sur des comptes à 0% ou presque depuis des dizaines d'années - (allocation à approfondir)

² Je ne retrouve plus de lien vers ce chiffre - si quelqu'un l'a.

* http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202578226261-livret-a-moindre-collecte-en-janvier-indique-la-cdc-540420.php - j'avais annoncé 1000G€ - ce chiffre englobe en fait les dépôts des particuliers français à fin 2011 (tableau 1) - dont 350G€ ne sont pas soumis à l'impôts (Tableau 7) - lien vers la Banque de France: http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&cad=rja&ved=0CD0QFjAB&url=http%3A%2F%2Fwww.banque-france.fr%2Ffileadmin%2Fuser_upload%2Fbanque_de_france%2FEconomie_et_Statistiques%2Ft4-2011-ventilation-detaillee-depots-et-credits-bancaires-france.pdf&ei=quIkUfe0FqSS0QWNkIGYDw&usg=AFQjCNEJt2ZPB6DDA-PybkeN2mSrQ9cvXw&bvm=bv.42661473,d.d2k

Liens: Le Livret A permet à la France d'emprunter à bas coûts, et sur épargne solide, celle des français (qui sommes l'un des peuples les plus économes d'Europe - l'état d'esprit de guerre est resté : D )"45% du patrimoine financier des français est détenus à l'étranger", investir dans le livret A - c'est investir dans l'Economie de votre Nation, c'est croire en votre pays:http://lexpansion.lexpress.fr/economie/pourquoi-la-cour-des-comptes-veut-taxer-le-livret-a_314250.html

Un lien sur les détenteurs privés de la dette française fin 2011, les banques françaises arrivent en tête, se qui peut être une bonne chose en cas d'ajustement de la dette: http://fr.reuters.com/article/companyNews/idFRL5E7N51QI20111228

Article intéressant sur l'utilisation du PEA - car utiliser les réserves du PEA n'est pas nuisible à l'économie, au contraire; après les nombreux Quantitative Easing des USA (émission de billets à taux ridicules et dangereux pour l'économie mondiale) la masse monétaire est très importante: http://www.jolpress.com/philippe-crevel-france-economie-emprunt-etat-renationaliser-dette-tresor-article-816557.html

Un article sur la dette publique de nos amis japonais - une des plus grandes au monde - et qui semble être bien géré; l'avenir nous le dira, le Yen est un bouclier comme un couperet. http://www.nationspresse.info/?p=204412

Un article informatif et chiffré les politiques monétaires - car pour apprécier la question de la dette et de l'Economie française, il faut s'intéresser à la fluctuation des monnaies entre elles. Ce qu'on constate, c'est les politiques monétaires accommodantes au Japon, USA et Angleterre (envers et contre le principe "d'Independance des banques nationales" et rend la monnaie européenne plus volatile et renchérit: http://www.lesechos.fr/opinions/analyses/0202532780746-jeux-de-dupes-sur-le-marche-des-changes-534723.php

Article sur la demande de dette française, en forte hausse, à des taux réduits, des périodes allongées - avec l'enchérissement progressif et prévisible de l'Euro, acheté une dette en devise Euro est intéressante et apporte une rendement intéressant - cette article vient aussi corroborer le fait que la crédibilité de la France n'est pas défiée sur les marchés internationaux - ce qui est une bonne nouvelle http://www.andlil.com/achats-record-de-dette-francaise-venant-dasie-selon-laft-42320.html

Lien important - information financière des communes françaises: http://www.proxiti.info/

Ajout du 11/04/2013 Un document important pour comparer les caractéristiques en valeur et en volume des acteurs économiques de l'OCDE - page 77 à 81 pour les tableaux pour la France: http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/comptes-nationaux-des-pays-de-l-ocde-volume-2013-issue-1_na_ma_dt-v2013-1-fr

* NOTE: Il faut se méfier des moyennes arithmétiques, les moyennes médianes (moyenne ajustée) sont beaucoup plus révélatrice des données économiques - Si quelqu'un trouve à des données micro ou macro économiques intéressantes à faire partager n'hésitez pas à les faire partager. Merci : )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Bonjour à tous, Précédemment nous avons déroulé des éléments tenant à la dette française et sa manière dont elle est soutenue et perçue par les investisseurs. L'analyse de soutenabilité de cette dette ainsi que la pérennité du modèle économique français ne sont pas encore fini, mais j'aimerai faire un petit focus sur un autre élément du Compte de résultat de l'Etat : les recettes. Comme nous le montre ce graphique pour 2013 : [img]http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/uploads/pics/recettes_fiscales_nettes_lfi2013.jpg[/img] (extrait du lien ci-dessous) 47.3% des recettes soit 141,2G€ sont perçues grâce à la TVA - taxe assise sur les biens de consommations au sein du territoire français ainsi que la TVA intra-communautaire. Cette caractéristique en France est intéressante pour deux raisons: _ la population française est en augmentation grâce à un taux de natalité de 2.1 et une balance migratoire positive _ la France est une des destinations les plus visitées au monde Ces deux points permettent de souligner que cette ressource à des chances de progresser - d'autant que les taux vont être relevé. [color=red]Necessitant un approfondissement de la question - Nous allons continuer l'analyse des ressources de l'Etat une prochaine fois (dans ce message).[/color] Merci d'apporter vos remarques, suggestions et supports d'informations afin d'étayer ce sujet. Bonne journée, Cordialement [u]Source principale pour le sujet:[/u] [url=]http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/le-budget-et-les-comptes-de-letat/approfondir/les-recettes/les-recettes-fiscales.html[/url] [u] Comparaison entre Etats des recettes fiscales par rapport au PIB:[/u] [url=]http://www.oecd-ilibrary.org/fr/taxation/recettes-fiscales-totales_20758553-table2[/url]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Bonjour à tous*, Comme les événements récents l'ont démontré, la crédibilité d'un Etat sur les marchés financiers est fortement influencée par aux situations économiques et financières de ses agents privés. C’est pourquoi, j’aimerai m’intéresser brièvement sur le cas de [b]Chypre [/b]qui est très intéressant à plusieurs points de vue. Pour résumer, les banques chypriotes détiennent des [i]fonds [/i]important de l’étranger (attrirés par le [u]faible taux d'imposition et le droit chypriote[/u] accommodant) représentant au total près de[u] 800% du PIB[/u] du pays. Ses fonds étaient gérés par les banques et orientés par les choix d'investissements des déposants. Suite au défaut partiel de la[u] Grèce et un effacement de dettes[/u] détenues par les détenteurs privés (dont les banques font parties), nous avons découvert que celles-ci avaient massivement investis dans cette dette au plus haut de la crise afin de bénéficier de taux de rémunération (très) attractifs. Comme vous le dira votre intermédiaire financier ou les prospectus des fonds dans lesquels vous pouvez investir, un fort taux de rémunération est synonyme de risque important. Comme les grands épargnants non pas été assez attentif ou les banques non pas fournis assez d’informations sur leurs santés financières – ils ont vues la situation des dépôts se déteriorer et créer un [b]risque systèmique. [/b] Ce qui m'intéresse dans ce sujet, c'est la distinction qui a été faites entre épargnant "communs" définis par une épargne inférieurs à [u]100.000€ et ceux qui qualifiés "d'avertis"[/u]. Ces épargnants ont été appelés à contribuer sur leurs épargnes suite au défaut des banques dans lesquels ils ont investi. Une règle implicite vient d'être mise au jour :[color=red] l'épargne financière est assimilée à un investissement[/color] aux yeux du régulateur (s’il ne les ferme pas). Un épargnant aux ressources importantes doit fait attention non seulement à l'orientation de ses fonds mais aussi à la sécurité de l'endroit où il les déposent. J’analyse personnellement ça de la façon suivante : le déposant d’une banque devient actionnaire et citoyen de son argent. Tout ça pour revenir à notre sujet, la crédibilité de l'économie et de la dette française. Quand on confie ses fonds à un emprunteur, il faut juger de la structure de son bilan, de son compte de résultat et de ses banques (qui sont des agents économiques importants dans la limite où une partie des fonds détenus sur le territoire national sont garantis par ce même Etat). C’est pourquoi une analyse de la situation des banques est de facto, obligatoire. (à venir) [b]Aujourd’hui nous constatons que les taux d'emprunts de la France sont toujours aussi bas[/b], et qu'ils atteignent des seuils historiques sur des maturités longues. La variabilité est asymétrique avec le niveau de crédibilité des pays du sud de l’Europe (analyse graphique – non considérationnelle). Une information importante concernant la structure du Bilan et du Compte de résultat de la France... moins concernant les banques françaises, la comparaison des ratios boursiers et capitalistiques, dénotent d'un risque perçu encore important par les investisseurs. Plus globalement, l'analyse de la dette française est complexe et requière la compréhension de nombreuses données intrinsèques à notre façon de fonctionner, ou endogènes, et extrinsèques qui nous replacement dans l'environnement et des comparaisons internationales, ou exogènes. C'est pourquoi, et afin de clarifier le plan de développement actuel notre sujet et nous permettre d'approfondir ultérieurement l'analyse point par point, je souhaiterai faire un récapitulatif des thèmes abordés: _ Définition de la dette d'un Etat - nous avons vu que c'est une notion subjective et que les définitions varient en fonction du point de vue : Nation, Europe, Investisseur(1), Citoyen... _ Comparaison de la dette d'un Etat, à celle d'une entreprise - en développant notamment les définition de soutenabilité et de solvabilité qui recoupent des notions et objectifs différents d'investissements. _ Décomposition et calcul rapide du patrimoine et des ressources de l'Etat - l'étude est en-cours mais nous constatons qu'une grande partie des ressources sont ponctionnées sur les résidents français - et qu'il existe des marges de manœuvre concernant le patrimoine financiers de ses agents (2) (3) _ Rappel de la notion de droit du sol - important quant on parle de "propriété privée" et de "plus-value de cessions" _ Focus sur le livret A (au travers des liens cités) qui permet à la France de s'assurer une partie de ses emprunts garantis par les résidents de son pays. [u]Nous reviendrons sur chacun de ses points[/u] – n’hésitez pas à nous faire partager vos connaissances et avis, ce sujet peut être intéressant sur de nombreuses personnes et citoyens font partager leurs données et analyses économiques – afin de nous donner une idée de l’état de l’Etat. En vous souhaitant le meilleur, Cordialement, Guillaume [u]Notes [/u]: (1) Un article résumant les critères d'évaluation d'un investisseur au travers les yeux d'une experte de S&P - agence de notation: [url=]http://www.ffsa.fr/webffsa/risques.nsf/b724c3eb326a8defc12572290050915b/f80e3d08a12757d4c125799000405bf0/$FILE/Risques_88_0019.htm[/url] (2) Un article qui décrit très bien le fonctionnement et le professionnalisme de l'institution publique chargée de placer la dette française : [url=]http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/12/03/dette-souveraine-les-nouvelles-regles-du-jeu_1799088_3234.html[/url] (3) [u]Le rapport Berger-Lefebvre sur l'épargne financière des ménages en France[/u], qui en-dehors des analyses et solutions propres aux auteurs, offre des données chiffrées intéressantes: [url=]http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/14663.pdf[/url] . [i]Notamment, comme le montre le Tableau de Répartition du patrimoine des ménages par actif page 63 - le patrimoine financier de ses acteurs (donc sans les autres agents économiques que sont l'Etat, les sociétés financières et non financières, les entités publiques, les associations... - par contre un biais sur les patr) est de 3.58T€ pour un passif de 1.12T€ soit 31% de taux d'endettement financiers et 1 an de PIB, plus de 1/2 PIB pour des fonds placés dans des ressources allouées sur des "dépôts sécurisés" géré par l'Etat ou les banques. Ce constat, même s'il n'est pas mis en perspective en analysant le répartition par niveau de revenus, permet d'attester d'un niveau d'épargne respectable. L'analyse foncière reflète de même - et est à étudier.[/i] **Si des erreurs se sont glissées dans mes données ou si mes données ne sont pas à jours, n'hésitez pas faite partager - l'analyse pourrait en être biaisée. * Veuillez excuser le délai du développement de ce sujet mais je suis depuis quelques mois en situation de transition professionnelle et professionnelle qui rendent difficile une actualisation régulière de celui-ci. Soyer assurez que je continue à m'intéresser à l'Economie nationale et internationale afin de vous faire bénéficier de connaissances actualisées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Bonjour à tous, Un petit message pour vous conseiller la lecture du [b]Dossier Spécial du journal Capital "L'état de la France 2013"[/b]. [u]Il est très bien documenté, chiffré, comparatif et non partisan[/u] : ) comme j'aime! On y apprend notamment que la Dette française est détenue à 70% par des créanciers étrangers, que les collectivités locales ne sont endettées qu'à hauteur de 8.4%, que l'encours de crédit privé par habitant est de 2323€ (contre 10 375€ pour nos amis canadiens), que notre système scolaire est profondément inégalitaire même comparé aux USA... et tout un tas d'autres données sur la structure de la croissance française et les pistes pour l'améliorer (soutenir l'export, développer la "qualité perçue", promouvoir le "Made in France", augmenter l'innovation, améliorer les synergies et les pôles de compétitivités, qu'internet peut nous offrir encore des gains d'économies [surtout pour l'Etat]..). Je vous invite vivement à le lire, et je vous redis ma confiance dans les perspectives d'avenir de notre Nation, pour un peu que les responsables politiques prennent les décisions adéquates, et que le peuple retrouve[i] Confiance "le moteur principal de l'Economie"[/i] (selon mes propres mots). Et un petit lien vers les statistiques de l'OCDE, vrai mine d'information pour tout économistes en herbe qui aiment appuyer ses raisonnements sur des données quantifiés: [url=]http://www.oecd.org/fr/statistiques/[/url] A bientôt, Cordialement, Guillaume Modifié par Just2know33

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Bonjour à tous,

après plus de 3 ans d'absence sur le forum, je vous propose de ré-ouvrir ce sujet sur l'état financier de la France. Cette période où les incertitudes sont nombreuses, il permettra d'échanger des définitions, des informations les plus exactes possibles, des points de vue et plus généralement, discuter entre personnes en bonne intelligence.

Il faut premièrement que je finisse la re-mise-en-forme du post au complet (et la suppression des différentes fautes...).

En attendant je vous propose quelques liens afin d'étayer notre analyse; ils peuvent paraitre parfois contradictoires, mais ils révèlent au moins une chose c'est qu'un chiffre, selon l'angle par lequel nous le regardons, comparons ou non, décortiquons... donne une analyse différente d'un même objet.

http://www.journaldunet.com/economie/magazine/1041647-dette-publique/

http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-france-est-pays-beaucoup-plus-riche-que-plupart-grands-voisins-nicolas-goetzmann-2913460.html

https://www.banque-france.fr/statistiques/endettement-des-agents-non-financiers-2016t3

http://www.lesechos.fr/economie-france/conjoncture/0211603912846-les-francais-senrichissent-mais-letat-et-les-collectivites-locales-sappauvrissent-2051425.php

En vous souhaitant une bonne année 2017,

Cordialement,

Guillaume

P.S. Ce sujet reste sans préjugés idéologiques ou politiques - et n'est pas autorisé à la reproduction sans l'accord de son auteur et de ses participants.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Ajouter un commentaire :

-

Créez un compte

en 3 secondes


INSCRIPTION

Connectez vous

ici


CONNEXION

Répondez au sujet : Dette et Economie Française, comment va notre Nation? !

Dernier message :

Bonjour à tous,

après plus de 3 ans d'absence sur le forum, je vous propose de ré-ouvrir ce sujet sur l'état financier de la France. Cette période où les incertitudes sont nombreuses, il permettra d'échanger des définitions, des informations les plus exactes possibles, des points de vue et plus généralement, discuter entre personnes en bonne intelligence.

Il faut premièrement que je finisse la re-mise-en-forme du post au complet (et la suppression des différentes fautes...).

En attendant je vous propose quelques liens afin d'étayer notre analyse; ils peuvent paraitre parfois contradictoires, mais ils révèlent au moins une chose c'est qu'un chiffre, selon l'angle par lequel nous le regardons, comparons ou non, décortiquons... donne une analyse différente d'un même objet.

http://www.journaldunet.com/economie/magazine/1041647-dette-publique/

http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-france-est-pays-beaucoup-plus-riche-que-plupart-grands-voisins-nicolas-goetzmann-2913460.html

https://www.banque-france.fr/statistiques/endettement-des-agents-non-financiers-2016t3

http://www.lesechos.fr/economie-france/conjoncture/0211603912846-les-francais-senrichissent-mais-letat-et-les-collectivites-locales-sappauvrissent-2051425.php

En vous souhaitant une bonne année 2017,

Cordialement,

Guillaume

P.S. Ce sujet reste sans préjugés idéologiques ou politiques - et n'est pas autorisé à la reproduction sans l'accord de son auteur et de ses participants.


Partagez cette page :




© Ecossimo 2017 - Contact - Annonceurs