Rejoignez Ecossimo !

Vos cours d'économie offerts à l'inscription !

Rejoindre Ecossimo

lili009

Besoin de conseils pour une épreuve du bac en économie !

0 messages dans ce sujet

Bonjour à tous ! Je suis nouvelle sur ce site et j'aimerai avoir des conseils/explications sur l'épreuve du bac. Je parle de l'épreuve composée et plus particulièrement de la partie 3. Je ne suis qu'en 1ère (ES). Dernièrement j'ai eu à réaliser ma première partie 3 d'épreuve composé, les notes viennent de tomber (sans grande réussite puisque la moyenne était de 6.5...). J'aimerai, pour ceux qui en seraient capables, qu'ils me donne un avis/ échelle de note sur ce devoir. Le voici ci dessous (le sujet est dit dans l'introduction et les documents ne sont pas forcément nécessaires, ils sont tous évoqué dans le texte). N'oubliez pas que je ne suis qu'en 1ES, Merci à ceux qui me répondront ! ____________________________________________________ L’habitude alimentaire des individus révèle souvent la place qu’ils occupent dans la société. C'est-à-dire que selon la catégorie socioprofessionnelle qu’ils occupent, cela aura un impact sur la manière dont ils se nourrissent. Nous chercherons à savoir en quoi les pratiques alimentaires reflètent la place des individus dans l’espace social. Tout d’abord, nous verrons ce que mangent les individus des différentes catégories sociales, ensuite nous étudierons comment l’évolution de l’obésité varie selon les classes sociales. Les différentes classes sociales qui existent dans le monde ont des habitudes alimentaires très variées. Cela passe tout d’abord d’un point de vue culturel mais aussi d’un point de vue économique. Nous nous intéresserons à l’influence qu’a l’économie sur les différentes pratiques alimentaires des individus. Le revenu primaire peut être très variable d’un ménage à l’autre. Certains ont un revenu élevé et disposent donc de plus de moyens pour se nourrir par rapport à une famille dont le revenu est faible. Dans le document 2 il nous est dit que les milieux riches dépensent cinq fois plus d’argent dans les sorties au restaurant que dans les milieux pauvres. Il nous est aussi précisé que les individus disposant de hauts diplômes consacraient environ un tiers de leur budget alimentaire dans les sorties au restaurant soit environ 30% contre moins de 8% pour les individus disposant de peu de diplômes. Ensuite, le document 1 nous précise les pratiques alimentaires qu’ont les classes populaires à savoir des aliments qui « tiennent au corps », « remplissent » « calent ». Ces classes favorisent contrairement aux autres des aliments plutôt gras et consistants ainsi qu’une autoconsommation (c’est le fait de manger ce que l’on produit). On remarque que dans les classes populaires le choix des produits est souvent effectué selon la consistance qu’il représente. Cette classe, contrairement aux autres, accorde une grande importance à la préparation d’un repas ainsi qu’au fait de le manger en famille. Ces différentes pratiques alimentaires sont déjà un moyen de remarquer que les habitudes des ménages dans l’alimentation changent d’une classe sociale à une autre. Puisqu’il existe des différences alimentaires d’une classe à une autre, cela sous-entend que de l’une à l’autre l’impact de leurs pratiques alimentaires va varier. L’obésité est un phénomène multifactoriel qui touche toutes les classes sociales. Elle varie selon la place sociale et la culture dont dispose l’individu. Le projet SIRS (Santé Inégalités et Ruptures Sociales) est un projet visant à étudier les habitudes alimentaires de 3000 familles parisiennes. Suite à cette étude, les différents chercheurs en ont conclu que l’obésité à effectivement augmenté partout mais plus chez les jeunes et parmi les catégories socioprofessionnelles modestes ainsi que chez les inactifs. La grille des PCS représente les différentes catégories socioprofessionnelles qui peut exister dans une société. Dans le document 3 on remarque que six de ces catégories y sont représentées. On voit aussi que le taux d’obésité de chaque classe est différent. Nous voyons très bien que l’obésité à augmenté partout, cependant, dans plusieurs classes telles que la classe ouvrière ou celle des agriculteurs nous pouvons remarquer que l’augmentation à été plus marquée, contrairement à la classe des cadres et professions intellectuelles supérieures où l’augmentation à été moins importante. Nous pouvons une fois de plus conclure que les pratiques alimentaires, dans ce cas précis les pratiques excessives, entrainent dans la majeur partie des cas l’obésité chez les individus. Le document 3 nous à permit d’affirmer que l’obésité variait selon les classes qu’elle touche et que donc ce facteur était un moyen d’étudier la place des individus dans la société en fonction de l’impact de leur alimentation. Nous avons vu que la manière de se nourrir chez les individus était un moyen de déterminer leur place dans la société. Cela pouvait s’observer d’une part, dans leurs pratiques alimentaires, et d’autre part, dans l’impact qu’avait ces pratiques sur leur vie et santé. Suite à cette explication nous pourrions nous demander pourquoi l’impact de l’obésité est-il plus « social » aujourd’hui qu’autrefois ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :


>> A lire : Les manuels d'économie manipulés par l'extrême gauche ?

Ajouter un commentaire :

-

Créez un compte

en 3 secondes


INSCRIPTION

Connectez vous

ici


CONNEXION

Répondez au sujet : Besoin de conseils pour une épreuve du bac en économie ! !

Dernier message :
Bonjour à tous ! Je suis nouvelle sur ce site et j'aimerai avoir des conseils/explications sur l'épreuve du bac. Je parle de l'épreuve composée et plus particulièrement de la partie 3. Je ne suis qu'en 1ère (ES). Dernièrement j'ai eu à réaliser ma première partie 3 d'épreuve composé, les notes viennent de tomber (sans grande réussite puisque la moyenne était de 6.5...). J'aimerai, pour ceux qui en seraient capables, qu'ils me donne un avis/ échelle de note sur ce devoir. Le voici ci dessous (le sujet est dit dans l'introduction et les documents ne sont pas forcément nécessaires, ils sont tous évoqué dans le texte). N'oubliez pas que je ne suis qu'en 1ES, Merci à ceux qui me répondront ! ____________________________________________________ L’habitude alimentaire des individus révèle souvent la place qu’ils occupent dans la société. C'est-à-dire que selon la catégorie socioprofessionnelle qu’ils occupent, cela aura un impact sur la manière dont ils se nourrissent. Nous chercherons à savoir en quoi les pratiques alimentaires reflètent la place des individus dans l’espace social. Tout d’abord, nous verrons ce que mangent les individus des différentes catégories sociales, ensuite nous étudierons comment l’évolution de l’obésité varie selon les classes sociales. Les différentes classes sociales qui existent dans le monde ont des habitudes alimentaires très variées. Cela passe tout d’abord d’un point de vue culturel mais aussi d’un point de vue économique. Nous nous intéresserons à l’influence qu’a l’économie sur les différentes pratiques alimentaires des individus. Le revenu primaire peut être très variable d’un ménage à l’autre. Certains ont un revenu élevé et disposent donc de plus de moyens pour se nourrir par rapport à une famille dont le revenu est faible. Dans le document 2 il nous est dit que les milieux riches dépensent cinq fois plus d’argent dans les sorties au restaurant que dans les milieux pauvres. Il nous est aussi précisé que les individus disposant de hauts diplômes consacraient environ un tiers de leur budget alimentaire dans les sorties au restaurant soit environ 30% contre moins de 8% pour les individus disposant de peu de diplômes. Ensuite, le document 1 nous précise les pratiques alimentaires qu’ont les classes populaires à savoir des aliments qui « tiennent au corps », « remplissent » « calent ». Ces classes favorisent contrairement aux autres des aliments plutôt gras et consistants ainsi qu’une autoconsommation (c’est le fait de manger ce que l’on produit). On remarque que dans les classes populaires le choix des produits est souvent effectué selon la consistance qu’il représente. Cette classe, contrairement aux autres, accorde une grande importance à la préparation d’un repas ainsi qu’au fait de le manger en famille. Ces différentes pratiques alimentaires sont déjà un moyen de remarquer que les habitudes des ménages dans l’alimentation changent d’une classe sociale à une autre. Puisqu’il existe des différences alimentaires d’une classe à une autre, cela sous-entend que de l’une à l’autre l’impact de leurs pratiques alimentaires va varier. L’obésité est un phénomène multifactoriel qui touche toutes les classes sociales. Elle varie selon la place sociale et la culture dont dispose l’individu. Le projet SIRS (Santé Inégalités et Ruptures Sociales) est un projet visant à étudier les habitudes alimentaires de 3000 familles parisiennes. Suite à cette étude, les différents chercheurs en ont conclu que l’obésité à effectivement augmenté partout mais plus chez les jeunes et parmi les catégories socioprofessionnelles modestes ainsi que chez les inactifs. La grille des PCS représente les différentes catégories socioprofessionnelles qui peut exister dans une société. Dans le document 3 on remarque que six de ces catégories y sont représentées. On voit aussi que le taux d’obésité de chaque classe est différent. Nous voyons très bien que l’obésité à augmenté partout, cependant, dans plusieurs classes telles que la classe ouvrière ou celle des agriculteurs nous pouvons remarquer que l’augmentation à été plus marquée, contrairement à la classe des cadres et professions intellectuelles supérieures où l’augmentation à été moins importante. Nous pouvons une fois de plus conclure que les pratiques alimentaires, dans ce cas précis les pratiques excessives, entrainent dans la majeur partie des cas l’obésité chez les individus. Le document 3 nous à permit d’affirmer que l’obésité variait selon les classes qu’elle touche et que donc ce facteur était un moyen d’étudier la place des individus dans la société en fonction de l’impact de leur alimentation. Nous avons vu que la manière de se nourrir chez les individus était un moyen de déterminer leur place dans la société. Cela pouvait s’observer d’une part, dans leurs pratiques alimentaires, et d’autre part, dans l’impact qu’avait ces pratiques sur leur vie et santé. Suite à cette explication nous pourrions nous demander pourquoi l’impact de l’obésité est-il plus « social » aujourd’hui qu’autrefois ?

Partagez cette page :




© Ecossimo 2017 - Contact - Annonceurs