Rejoignez Ecossimo !

Vos cours d'économie offerts à l'inscription !

Rejoindre Ecossimo

guillaume92

Les banques centrales sont-elles des trous noirs ?

6 messages dans ce sujet

Bonjour,

Quelques questions sur la création monétaire.
Un Etat peut créer de la monnaie de deux façons. Qualitativement en modifiant les taux interbancaires.
Quantitativement (politique hétérodoxe très utilisée de nos jours) en rachetant des titres sur le marché primaire (FED) ou secondaire (pour la BCE) en l'échange de monnaie centrale (l'argent utilisée par les banques commerciales entre elles).

J'ai cru comprendre que la deuxième technique a été appliquée par la FED pendant la crise de 2008 afin de garantir la liquidité du marché interbancaire. En fait, la FED a racheté des créances "pourries" (les subprimes) au lieu de laisser les opérateurs du marché obligataire faire faillite avec des produits ne valant plus rien.
Mes questions :
- Quel est le risque d'une telle pratique ?
- Les banques centrales peuvent-elles ainsi absorber le risque de tout le marché en cas de défaillance de celui-ci et ceci de manière infinie ?
- Existe t-il une limite à cette pratique ?

Je vous remercie par avance de vos lumières et vous souhaite une bonne soirée.

Guillaume

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :


>> A lire : Les manuels d'économie manipulés par l'extrême gauche ?

Bonjour,

Cette pratique est fréquente chez les banques centrales. Les banques centrales utilisent les achats et ventes des titres pour réguler la masse monétaire et donc ajuster le taux d’intérêt.

Dans une économie, quand le taux d’intérêt est en hausse, les investisseurs et les ménages réduisent la consommation. La production est alors réduite et le chômage augmente. La banque centrale pourrait mettre en place sa politique de relance qui consiste d’injecter de l’argent dans l’économie en achetant des titres. Comme l’offre de monnaie est abondante, le taux d’intérêt va mécaniquement baisser.

Quand le taux est trop bas, les crédits sont faciles. La consommation crée alors une demande excessive. Comme l’offre ne peut pas répondre à une trop forte demande, il y a pénurie de la main d’ouvre et de produits. Les prix et les salaires augmentent (inflation). Quand les prix augmentent trop, les entreprises cessent d’investir, il n’y a plus de croissance, le revenu baisse, chômage, etc. Keynes dit que quand le taux descend trop bas à un certain seuil, les agents économiques n’investissent plus et préfèrent la thésaurisation. La banque centrale pourrait faire ici une politique de compression en réduisant la masse monétaire. Pour ce faire, elle vend des titres. Comme la masse monétaire est réduite, le taux d’intérêt va augmenter.

 
Donc un taux d’intérêt trop bas ou trop haut n’est pas bon pour l’économie. En plus avec la mondialisation, les capitaux circulent librement. Une baisse de taux fait sortir les capitaux et une hausse de taux fait venir les capitaux. Le rôle de la banque centrale est de trouver un équilibre.

J’espère que cette réponse te convient.

 

Ecossimo aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Merci VVP.


Ta réponse est effectivement intéressante concernant la création monétaire qualitative. Elle permet de bien comprendre les enjeux et les impacts de la méthode qualitative (modification des taux interbancaires).
Mais mon interrogation concernait la méthode quantitative, lorsqu'une banque centrale rachète directement des titres auprès de l'émetteur. Par exemple quand la FED rachète les bons du trésor américain auprès du Department of Treasury ou des créances "subprimes" auprès de sociétés américaines.
Mes trois questions portaient sur cette deuxième méthode.

Néanmoins je te remercie de ta réponse et te souhaite une bonne journée.

Bien cordialement,


Guillaume

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Bonjour Guillaume,

Pardon! C’est vrai que je n’ai pas parlé de façon explicite de cette technique mais pour moi la finalité tourne toujours autour du pot qui est un juste taux d’intérêt pour soutenir l’économie.

Il y a deux choses différentes dans tes questions:

1/ La FED a acheté des titres MBS (mortgate backed security) qui sont des titres adossés à créance hypothécaire dan le but de faire baisser le taux d’intérêt et soutenir le marché immobilier qui était alors complètement en panne. La FED pourrait laisser le marché immobilier faire faillite mais le FED a des missions dont lutter contre le chômage et assurer la stabilité du marché. C’est une procédure exceptionnelle car en ce moment-là, il n’y avait plus de liquidité, prêteurs privés et perte de confiance totale dans le secteur bancaire.


2/ Quand aux rachats des titres auprès des émetteurs comme a fait la FED sur le marché primaire ou la BCE sur la marché secondaire en 2015, il s’agit ici de la technique « assouplissement quantitatif » ou « quantitative easing ». Cette technique est aussi pratiquée par le Japon et le R.U. Le but final est aussi de faire baisser le taux d’intérêt pour permettre à l’Etat d’emprunter sur le marché monétaire avec un taux plus bas.

Concernant le risque et la limite de cette pratique, je dirais que ça dépend de la confiance des prêteurs sur le marché. Il est vrai que les prêteurs font souvent confiance aux pays développés que les autres. En cas de crise grave, le prêteurs préfèrent de prêter de l’argent aux pays développés comme la France, même avec un taux négatif, dans l’espoir de sauver leur fortune car ils croient que ces pays vont rembourser les dettes.

Quand à la question de savoir si la banque centrale doit intervenir ou laisser le marché se débrouiller tout seul comme un grand, eh bien la réponse dépend de quelle école économique à laquelle on appartient. Si on appartient à l’école classique, on dirait qu’il faut laisser la main invisible régler l’équilibre du marché. Si on est keynésien, on dirait qu’en cas de crise, le marché ne peut rien fait tout seul et l’Etat doit intervenir pour relancer économie. On rappelle quand même que les banques centrales n’existaient pas avant la crise des années trente et seulement suite à cette crise que les états ont décidé de créer cette institution pour réguler le marché.

Je ne sais pas si les économistes sont d’accord avec moi mais tu a posé un sujet très intéressant.

Bonne continuation, VVP

 

Ecossimo aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Bonjour VVP,

Merci de ces informations. En fait la limite de cette politique c'est la confiance qu'ont les gens dans les banques centrales. 
Comme quoi l'économie est plus une question de psychologie que de raison.

Bonne journée à toi.

Guillaume

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Le facteur humain est toujours un facteur primordial

La crise de 1929 en est un parfait exemple !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Ajouter un commentaire :

-

Créez un compte

en 3 secondes


INSCRIPTION

Connectez vous

ici


CONNEXION

Répondez au sujet : Les banques centrales sont-elles des trous noirs ? !

Dernier message :

Le facteur humain est toujours un facteur primordial

La crise de 1929 en est un parfait exemple !


Partagez cette page :




© Ecossimo 2017 - Contact - Annonceurs