Rejoignez Ecossimo !

Vos cours d'économie offerts à l'inscription !

Rejoindre Ecossimo

anonyme69008

Alternative à l’impôt sur la fortune via la création d’une politique d’investissement obligatoire

1 post in this topic

Alternative à l’impôt sur la fortune via la création d’une politique d’investissement obligatoire

 

L’impôt sur la fortune est un impôt soumis à controverse et les débats y voient s’opposer un principe de justice sociale à un manque d’efficacité. L’idée originelle de mettre à contribution les plus fortunés pour tendre vers le bien commun semble pourtant être judicieuse. Une implication des élites en tant que « business angel » de la nation pourrait être un début de solution à la prospérité de l’économie française.

Pourrait-on s’appuyer sur le patrimoine des grandes fortunes françaises pour en dynamiser l’économie ? Serait-il possible de trouver un compromis en transformant l’impôt sur la fortune en obligation d’investissement ?

Contrairement à l’impôt sur la fortune où les acteurs sont passifs, l’investissement implique les acteurs, les rends actifs. De cette manière, à l’image de l’intéressement crée pour lier le salarié à son entreprise, le tissu social se voit renforcé par la création d’un nouveau lien entre des entreprises en quête de financement et des citoyens aisés.

Ainsi, une alternative à l’impôt sur la fortune pourrait être la mise en place d’une obligation d’investissement des forts patrimoines dans l’économie française. Le surplus d’investissement permettrait une redynamisation de l’économie avec une possibilité de l’orienter vers les secteurs de demain. En effet, une définition annuelle des objectifs de financement autours de thématiques d’avenir telles que la transition écologique, l’intelligence artificielle ou en faveur des start-up et PME permettrait d’avoir un levier d’action sur l’économie supplémentaire. De plus, on peut imaginer des taux d’investissement bien supérieurs aux taux de prélèvement pratiqués précédemment par l’ISF et par conséquent un levier plus important que le précédent impôt. La détermination de ce taux doit être méthodique. Un taux trop bas n’aurait pas d’effet sur l’économie car s’il est inférieur au taux actuel moyen d’investissement alors il n’y aurait aucun effet. A contrario, un taux trop élevé s’avérerait injuste et trop contraignant pour les personnes concernées par ces mesures.

Cependant, cette évolution majeure de la société soulève de nombreuses questions. Une réflexion sur les modalités de mise en place ainsi qu’une évaluation des conséquences d’une telle réforme est nécessaire car de forts impacts sur l’économie peuvent en découler. Une telle mesure ne doit pas être dévoyée de son double objectif initial qui est de concilier une efficacité certaine pour l’économie et un accroissement de la justice sociale. Une indépendance et une résilience à la pression exercée par les lobbies et multinationales, qui pourrait biaiser la trajectoire de l’économie française, doit également être incluse dans l’analyse. On peut également être amené à se poser les questions suivantes : N’y a-t-il pas un risque d’assujettissement des entreprises financées ? Une mobilité trop importante des fonds peut-elle entraver et fragiliser le développement de certaines entreprises ? Quelle serait la durée minimale de mobilisation du patrimoine investi ? Comment seraient choisies les entreprises pouvant bénéficier des financements?

 

N'étant pas un spécialiste en économie, je voulais avoir l'analyse (notamment des effets néfastes d'une telle mesure) de personnes plus qualifiées que moi dans le domaine. 

En vous remerciant par avance :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Partagez cette page :


>> A lire : Les manuels d'économie manipulés par l'extrême gauche ?

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

Répondez au sujet : Alternative à l’impôt sur la fortune via la création d’une politique d’investissement obligatoire !

Dernier message :

Alternative à l’impôt sur la fortune via la création d’une politique d’investissement obligatoire

 

L’impôt sur la fortune est un impôt soumis à controverse et les débats y voient s’opposer un principe de justice sociale à un manque d’efficacité. L’idée originelle de mettre à contribution les plus fortunés pour tendre vers le bien commun semble pourtant être judicieuse. Une implication des élites en tant que « business angel » de la nation pourrait être un début de solution à la prospérité de l’économie française.

Pourrait-on s’appuyer sur le patrimoine des grandes fortunes françaises pour en dynamiser l’économie ? Serait-il possible de trouver un compromis en transformant l’impôt sur la fortune en obligation d’investissement ?

Contrairement à l’impôt sur la fortune où les acteurs sont passifs, l’investissement implique les acteurs, les rends actifs. De cette manière, à l’image de l’intéressement crée pour lier le salarié à son entreprise, le tissu social se voit renforcé par la création d’un nouveau lien entre des entreprises en quête de financement et des citoyens aisés.

Ainsi, une alternative à l’impôt sur la fortune pourrait être la mise en place d’une obligation d’investissement des forts patrimoines dans l’économie française. Le surplus d’investissement permettrait une redynamisation de l’économie avec une possibilité de l’orienter vers les secteurs de demain. En effet, une définition annuelle des objectifs de financement autours de thématiques d’avenir telles que la transition écologique, l’intelligence artificielle ou en faveur des start-up et PME permettrait d’avoir un levier d’action sur l’économie supplémentaire. De plus, on peut imaginer des taux d’investissement bien supérieurs aux taux de prélèvement pratiqués précédemment par l’ISF et par conséquent un levier plus important que le précédent impôt. La détermination de ce taux doit être méthodique. Un taux trop bas n’aurait pas d’effet sur l’économie car s’il est inférieur au taux actuel moyen d’investissement alors il n’y aurait aucun effet. A contrario, un taux trop élevé s’avérerait injuste et trop contraignant pour les personnes concernées par ces mesures.

Cependant, cette évolution majeure de la société soulève de nombreuses questions. Une réflexion sur les modalités de mise en place ainsi qu’une évaluation des conséquences d’une telle réforme est nécessaire car de forts impacts sur l’économie peuvent en découler. Une telle mesure ne doit pas être dévoyée de son double objectif initial qui est de concilier une efficacité certaine pour l’économie et un accroissement de la justice sociale. Une indépendance et une résilience à la pression exercée par les lobbies et multinationales, qui pourrait biaiser la trajectoire de l’économie française, doit également être incluse dans l’analyse. On peut également être amené à se poser les questions suivantes : N’y a-t-il pas un risque d’assujettissement des entreprises financées ? Une mobilité trop importante des fonds peut-elle entraver et fragiliser le développement de certaines entreprises ? Quelle serait la durée minimale de mobilisation du patrimoine investi ? Comment seraient choisies les entreprises pouvant bénéficier des financements?

 

N'étant pas un spécialiste en économie, je voulais avoir l'analyse (notamment des effets néfastes d'une telle mesure) de personnes plus qualifiées que moi dans le domaine. 

En vous remerciant par avance :)


Partagez cette page :




© Ecossimo 2017 - Contact - Annonceurs