Accueil > Production > Entreprise : Travail et Capital

Entreprise : Travail et Capital

L’entreprise acquiert sur des marchés spécifiques des facteurs de production : travail(main d’œuvre) et capital(machines) ; Il s’agit de choisir la meilleure combinaison productive, dans un objectif de compétitivité.

a86f81678f657ec34261292f611d3c0b_XL

La combinaison productive

Combinaison productive : opération qui consiste à utiliser dans l’unité de production une certaine quantité de capital et de travail pour obtenir un produit (bien ou service).

Les facteurs de production

– Le travail : mobilisation des capacités physiques et intellectuelles d’un homme pour obtenir un produit, bien ou service.

Le travail peut être :
– manuel ou intellectuel ;
– plus ou moins qualifié ;
– salarié ou non salarié (indépendant).

– Le capital : le capital peut être soit synonyme de patrimoine, ou représenter la somme d’argent que les actionnaires ont mis à la disposition de l’entreprise pour lui permettre de démarrer puis de se développer.

En ce qui concerne la combinaison productive, le capital est entendu comme capital technique :
Capital technique : ensemble des moyens matériels (terrains, bâtiments, machines, matières premières, énergie) et immatériels (brevets, logiciels, etc.) qui permettent à l’entreprise de fonctionner.

Le capital peut être fixe ou circulant :

– Capital fixe : ensemble des moyens de production durables(plus d’un an dans l’entreprise) qui participent à plusieurs cycles de production. Le capital fixe fait l’objet d’un investissement, c’est-à-dire une dépense engagée pour plusieurs années, le temps que durera la machine, que le brevet sera utilisé, etc.

– Capital circulant : ensemble des moyens de production qui sont transformés(matières premières dont l’énergie, produits semi-finis) au cours du processus de production. Le capital circulant est en principe consommé dans l’année même de son achat, mais il peut être stocké pour une durée plus longue.

Le choix de la combinaison des facteurs de production

Détermination du choix : substituabilité et complémentarité des facteurs

Substituabilité des facteurs : possibilité de remplacer une quantité donnée d’un facteur de production par une quantité d’un autre facteur tout en conservant le même niveau de production. Ainsi, lorsqu’une machine remplace le travail de l’homme, on parle de “substitution du capital au travail”.

Complémentarité des facteurs : deux facteurs sont complémentaires s’ils doivent être utilisés ensemble pour produire un bien ou un service donné.

Origine du choix : à quelle considération obéit l’entrepreneur ?

– La considération technique : le type de production conditionne le choix de combinaison productive(ainsi dans le domaine des services, le facteur travail peut être dans certains cas incompressible ; ex: infirmières, chercheurs, etc.).

– La considération économique : il s’agit essentiellement d’un problème de coût de production.
Coût de production : ensemble des dépenses associées à la production et la commercialisation d’un bien ou d’un service :
– en travail : salaires, cotisations sociales patronales ;
– et en capital : achat de machines, de matières premières, etc.

– Objectif du choix : L’objectif primordial de l’entreprise est de faire le maximum de bénéfices, c’est-à-dire d’accroître le plus possible l’écart entre le coût de production et le prix de vente.

Il s’agit donc de faire un chiffre d’affaires maximum et un bénéfice maximum.

Chiffre d’affaires : prix de vente d’un produit multiplié par les quantités vendues.
Bénéfice : chiffre d’affaires – coût de production.

La combinaison “optimale”

Le choix de la combinaison productive s’effectue selon le coût du travail et le coût du capital : le moins cher l’emporte souvent. Pour chaque niveau de salaire et de prix du capital, on peut déterminer une combinaison productive dont le coût est minimum et qui procure donc le bénéfice maximum : c’est la combinaison productive optimale.

L’influence de l’échelle de production : les rendements d’échelle

Échelle de production : combinaison productive par quantité produite dans l’unité de production. La question importante est de savoir comment évoluent les coûts quand l’échelle de production augmente : lorsque le coût de production diminue quand la quantité produite augmente, on dit qu’il y a “rendements d’échelle croissants” dits “économies d’échelle”.

Économie d’échelle : économie dégagée par la diminution du coût de production quand la quantité produite augmente.


Notez cet article :
Entreprise : Travail et Capital 2.63/5 - 32 votes

Auteur : Ecossimo


Commentaires :






Voir la librairie de l'économie :



Rejoignez
la communauté
Ecossimo

+ de 100 000 membres

+ le guide de l'économie offert


Vous et l'économie ?