Jump to content
Ecossimo

Rejoignez Ecossimo !

Vos cours d'économie offerts à l'inscription !

Rejoindre Ecossimo

Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 05/29/2016 in all areas

  1. 2 points
    Le marché des changes (ouForex) est extrêmement important et les traders du monde entier y achètent et y vendent des devises. Si vous envisagez de trader sur ce marché volatil, vous devez vous montrer très prudent, car un mauvaispas suffit à ruiner votre carrière de trading. C'est la raison pour laquelle il est devenu d'autant plus important de choisir le bon courtier parmi un grand nombre de courtiers. De plus, votre plate-forme de trading se doit être suffisamment efficace pour pouvoir trader correctement. Avoir de nombreuses connaissances sur le marché est importantpour un trader débutant. Certains points qui vous aideront à choisir le bon courtiersont abordés dans cet article: 1. Les frais de transaction Vous verrez que la plupart du temps, il y a un coût de transaction impliqué dans le trading, qui biensûr, peut différer. Chaque fois que vous effectuez une transaction, il est possible que vous ayez àpayer des frais. Selon le trading, vous devez payer soit un spreadsoit une commission. Il est meilleur et plus sûr d'échanger avec les taux que vous jugez plus abordables. UBanker, une grande société de courtage, vous permet de trader des devises sans frais de transaction, ce qui représente un énorme avantage. 2. Le service client Il existe un certain nombre de courtiers qui sont prêts à vous aider dans votre jeu de trading. Mais ils ne sont pas tous efficaces peut peuvent présenter des défauts. C'est la raison principale pour laquelle vous devez faire très attention lorsque vous choisissez votre courtier. Essayer de savoir si le courtier a suffisamment de connaissances pour vous aider à résoudre tous vos problèmes en matière de trading, et s'ilest en mesure de répondre à toutes vos questions sur ce même sujet. Le marché des changes est ouvert 24h/24, votre courtier devrait donc fournir un service client disponible 24h/24 et 7j/7. Posez-lui des questions jusqu'à en avoir le cœur net. Vérifiez également si le courtier est en mesure de vous assurer des trades rentables. Il existede nombreux courtiers qui, au début, répondentexcellemment à vos besoins, mais une fois rémunérés, ils peuvent se révéler inutiles et désagréables. Cependant,en choisissantuBanker, vous ne regretterez pas votre choix car il fournit un service client 24h/24 et 7j/7 et vous assistera tout au long de votre parcours. 3. La connaissance de la plateforme de trading Vous pouvez trader en ligne sur le marché des changesà l'aide d'une plateforme de trading. Vous devez donc en choisirune qui est aussi conviviale que stable. Grâce à une plateforme performante vous serez en mesure de travailler sans interruption et vous ne manquerez aucune opportunité de trading et de faire des bénéfices. La célèbre société de courtage uBanker vous offre exactement cela. Avec uBanker,vous obtiendrez les plateformes de tradingles plus modernes,qui répondront à tous vos besoins en matière de trading. Pas de panique, UBankerpropose des plateformes qui sont toutes aussiefficaces pour les traders expérimentés que pour les débutants. Web PROfit etPROfit mobile sont les deux plateformes de trading sur le marché des changes proposées par uBanker. Web PROfitest la version de bureau de PROfitgrâce à laquelle vous passez commandes de façon plus professionnelle, et celaen quelques clics seulement. Vous n’aurez plus qu’à vous connecter à votre compte afin de trader directement depuis votre navigateur. Cela vous permet également d’éviter les étapes de téléchargement et d'installation.PROfit mobile, la deuxieme plateforme d’uBanker, vous permet d'échanger des devises où que vous soyez et que vous pouvez utiliser non seulement à partir de votre tablette, mais aussi à partir de votre smartphone, iPad ou tout autre appareil mobile. 4. Dépôt et retrait facile de l'argent du compte Le courtier que vous choisissez doit être digne de confiance et fiable. Etant également une des caractéristiques d’un bon courtier,il est important que vous sachiez s’il vous permet de retirer et de déposer facilement votre argent. Le principal est que vous devriez être en mesure de retirer et déposer votre argent de manière simple et sans problèmes. C'est exactement ce qu’uBanker offre. Vous disposez d’un certain nombre d'options afin de déposer et de retirer facilement de l'argent. Pour déposer de l'argent, vous pouvez utiliser une carte bancaire, une carte de crédit, faire un virement bancaire ainsi queMoneybookers. Vous êtes libre de choisir ce qui vous convient le mieux. Avec uBanker le processus de retrait est simple et facile à suivre. Il n'y a que deux étapes que vous devez suivre. La première étape consiste à sauvegarder votre retrait sur la plateforme.La deuxième et dernière étape consiste à envoyer une copie de certains de vos documents importants au service client, tels que la preuve d'identité. Suivez ces conseils et vous serez en mesure de trouver votre courtier idéal.
  2. 2 points
    Candide

    Définition précise du PIB

    Bonjour, je souhaite comprendre avec précision ce que le PIB compte, et ce qu'il ne compte pas. L'article PIB sur Wikipedia indique que l'INSEE donne 3 définitions du PIB . Etant de formation scientifique, je considère que 3 définitions, ça fait deux de trop (cf arguments ci-dessous). Je vous appelle donc à l'aide, j'aimerais comprendre : pourquoi l'INSEE donne 3 définitions, comment choisir entre les trois... si ces définitions font consensus entre tous les pays et organismes concernés, ou si chacun choisit celle qu'il préfère... Je me doute bien qu'on pourrait répondre "Mais ces 3 définitions reviennent à la même chose". Mais en science, dans ce cas on donne trois définitions avec trois noms différents, et deux théorèmes, lois ou principes qui expriment l'égalité entre les trois. A titre d'exemple, tout bon physicien distingue la masse inerte et la masse pesante, bien que personne n'ait jamais mesuré la moindre différence entre les valeurs des deux concepts. Question subsidiaire : le PIB mesure-t-il ce qui est produit, ou ce qui est vendu ? Par exemple un produit est-il comptabilisé au moment de sa production ou de sa vente (il peut rester en stock, être détruit, volé, bradé...). Merci de vos lumières !
  3. 2 points
    Bonjour à tous je suis un peu perdue et j'ai du mal à comprendre les fonctionnement du taux de change et plus précisément sur deux points: - Quelles sont les conséquences sur le $ par rapport à l'euro quand le taux d'intérêt du dollar par rapport à l'euro augmente? - Quelles sont les conséquences sur la velur de l'euro quand la perception du risque de change de l'euro par rapport au dollar augmente? Merci d'avance
  4. 2 points
    Cyprien

    Différence

    Bonjour à tous, Je voulais savoir quel était la différence entre les cours en options en seconde de PFEG et SES ? pour ceux qui l'ont déjà fait. Merci d'avance pour vos réponses
  5. 2 points
    Fredeco

    Cours de 1ereES

    Salut à tous, J'aurai voulu savoir si vous allez mettre les cours à jour pour la première ES ? Il m'en manque quelques uns que je ne trouve pas. Merci d'avance
  6. 2 points
    Bonsoir ! Voilà ma femme m'a posé une question ce soir devant la télé : Pourquoi un système économique mondial basé sur une monnaie unique ne serait-il pas la solution à tout ces problèmes (économiques) présents aux quatre coins du globe ? Je connais la réponse mais sans pour autant réussir à lui démontrer par A+B que ceci était de l'utopie pure et simple. Si quelqu'un à une solide argumentation à me fournir... ;-) Merci à vous !
  7. 1 point
    Juliejulia

    Conseils de lecture

    Coucou à tous, je me permets d'intervenir dans la discussion car moi aussi je cherche ce genre de livre. Merci @Badrobot .
  8. 1 point
    Si ça n'a pas marché, c'est que tu n'as pas vraiment pris le temps d'étudier le marché. Parce qu'actuellement, j'ai beaucoup de connaissances qui réussissent très bien dans l'investissement locatif. Bon, ça reste un choix très subjectif et c'est vrai que ça prend du temps pour établir toute une stratégie. Quant aux SCPI, ça reste intéressant mais les gains sont assez minimes selon moi.
  9. 1 point
    bradon008

    bonjour

    bonjour a tous , fan de gastronomie et d'art culinaire , je tacherais de contribuer a ma manière sur le forum
  10. 1 point
    PRO EKO

    Les attentes de la COP 22

    la Cop 22, qui aura lieu à Marrakech au mois de novembre prochain, sera cruciale dans l’implémentation et le suivi de l’Accord de Paris, notamment à travers la définition des outils et mécanismes devant contraindre les Parties à respecter, à partir de 2020, leurs engagements pris à Paris. Le Maroc, sous l’impulsion et le leadership de SM le Roi Mohammed VI, possède une importante crédibilité internationale pour reprendre le relais et le flambeau de la France, afin de concrétiser et de viabiliser les espoirs nés de la Cop 21. Marrakech devra arrêter le chemin, le consolider et s’assurer que tout le monde l’empreinte.
  11. 1 point
    Bonjour, Concernant la problématique posée par Marie D suivant: << ——————————————————————— Bonsoir à tous Je ne vois pas en quoi le modèle classique ou le modèle IS-LM sont adaptés à nos sociétés modernes, puisqu'il n'est nullement fait mention du rôle des banques. Premièrement dans le modèle classique sur le marché des capitaux, l'offre de capital (épargne) s'égalise à l'équilibre à la demande de capital grâce à la flexibilité du taux d'intérêt. Mais dans nos sociétés modernes l'offre de capital est bien supérieure à l'épargne, les banques créent la monnaie. De même dans le modèle IS-LM il n'est pas fait mention des prêt bancaire. Y (revenu national) = C (consommation) + S (épargne) + T(taxes) Z (Demande) = C (consommation) + I (investissement) + D (dépenses publiques) Donc à l'équilibre si Y = Z on a S = I ce qui ne décrit pas nos sociétés contemporaines. Pourriez vous me dire, si je suis dans l'erreur, ou si il existe des modélisations économiques de nos économies contemporaines ? En vous remerciant par avance ———————————————————————————— >> Le modèle classique a été avancé par l’école économique néoclassique. Dans ce modèle, la monnaie est créée par l’autorité monétaire. Elle est constante. Les banques ne créent pas de monnaie et ne sont qu’intermédiaires entre les investisseurs et les épargnants qui prêtent de l’argent. A propos de la création de monnaie, la création de monnaie existe depuis qu’on utilisait des objets rares puis des métaux précieux. Il existe aujourd’hui deux écoles de création de monnaie: La première crée la monnaie de manière exogène par rapport à l’économie réelle. La banque centrale contrôle la quantité de monnaie à travers la monnaie banque centrale et les réserves de banques. La deuxième école crée la monnaie à l’initiative des agents économiques. La création de monnaie dépende de la demande. Le modèle classique adopte la première école. L’école néoclassique dit que l’épargne se caractérise par le sacrifice de consommation immédiate pour constituer un meilleur revenu futur. Le montant de l’épargne que chaque individu consacre dépendra de son estimation du revenu futur et du taux d’intérêt. La demande de monnaie (I) est fonction décroissante du taux d’intérêt et l’offre de monnaie (S) est fonction croissante de ce taux. Quand ces deux fonctions se rencontrent (S=I) alors le marché se trouve dans une situation d’équilibre dit « optimum de Pareto ». A cet équilibre, l’investisseur et le prêteur sont gagnants au maximum, au taux fixé à ce niveau. Ils ne peuvent pas gagner plus (montant et taux) dans une situation autre qu’à équilibre S=I. Si le taux est plus haut, il y a moins de demande. Si le taux est plus bas, il y a moins d’offre. Le modèle IS-LM traduit les pensées économiques de Keynes sous forme néoclassique. Le modèle est donc présenté sous forme de système d’équations mathématiques. Le premier modèle a été proposé par les économistes Hick et Hansen pour un circuit économique fermé (pas de relations commerciales avec les pays étrangers) puis les économistes Mundell et Fleming ont complété ce modèle pour une économie ouverte. Dans une économie ouverte, on tient compte des échanges commerciaux, des mouvements des capitaux, des taux d’intérêt et taux de changes. Il y a en tout 5 modèles IS-LM: 1 - IS-LM dans une économie fermée, 2 - dans une économie ouverte avec échanges commerciaux, sans mouvements de capitaux sous le régime de change fixe, 3 - dans une économie ouverte avec échanges commerciaux, sans mouvements de capitaux sous le régime de change flottant, 4 - dans une économie ouverte avec échanges commerciaux et mouvements de capitaux sous le régime de change fixe, 5 - dans une économie ouverte avec échanges commerciaux et mouvements de capitaux sous le régime de change flottant. Les modèles économiques n’utilisent que des variables qui sont des indicateurs macroéconomique globaux (demande, offre, consommation, travail, masse monétaire, taux d’intérêt, taux de change, etc) et étudie les relations entre eux. Dans Les modèles IS-LM, les dépenses publiques et la monnaie, par une politique monétaire de la banque centrale, jouent un rôle très important pour la croissance économique. Ci-dessous le modèle IS-LM dans une économie fermée (modèle de base, le plus simple): Contrairement à l’école classique, Keynes préconise que la demande est la source de la croissance. L’école classique avance l’idée que l’offre crée la demande, exemple la théorie des débouchés de Jean-Baptiste Say. Le revenu national Y est composé de C (= consommation des ménages + achats des logements + investissements des entreprises) et le budget de l’Etat G. l’équation s’écrit comme suit: Y = C + G (1) Keynes dit que les ménages et les entreprises utilisent leurs revenus pour consommer et l’excédent du revenu servira à l’épargne. La consommation est en fonction de la propension à consommer, paramètre c, et l’excédent du revenu, 1-c, constitue l’épargne. Si le revenu n’est pas assez, les agents peuvent demander des prêts aux banques et cette demande de monnaie est fonction décroissante du taux d’intérêt i. Ce que dit Keynes est exprimé par l’équation suivant: C = cY - fi (2) Ici, c et f sont des paramètres, i est la variable du taux d’intérêt. Le signe - devant fi pour exprimer la propriété décroissante du taux d’intérêt par rapport à Y. En remplaçant C de l’équation (1) par cY - fi de l’équation 2, on obtient l’équation IS suivant: Y = (G - fi)/(1-c) (IS) A travers cette équation, Keynes nous dit que le revenu Y augmente avec les dépenses publiques G mais il est décroissant du taux d’intérêt i. une hausse du taux d’intérêt fait baisser la consommation donc revenu. Le rapport 1/1-c est le multiplicateur de Keynes. Selon Keynes, la consommation est une source de la croissance économique car elle génère un revenu qui est égal au montant des dépenses multiplié par le multiplicateur 1/1-c. Exemple, avec 100 euros de dépenses et si la propension à consommer c est égal à 0,8 du revenu (80% du revenu sont destinés à la consommation et 20% à l’épargne), alors cette consommation génèrera un revenu de 100/(1-0,8) = 500 euros. Plus que la consommation est grande et plus le revenu national augmente. Keynes dit qu’en cas de crise économique, le gouvernement est le seul consommateur capable de dépenser plus pour augmenter le revenu national. Keynes préconise donc de baisser les impôts et augmenter les dépenses publiques. Pour faire des transactions, les agents économiques ont besoins des encaisses. La demande de monnaie (L) sert à payer les transactions mais aussi pour la thésaurisation. Les encaisses (aY) servant à payer les transactions sont proportionnelles au revenu national et la thésaurisation (bi) est décroissante du taux d’intérêt. Tout ceci est exprimé par l’équation suivante: L = aY - bi (3) a et b sont des paramètres de l’équation. Cette demande de monnaie correspond à la masse monétaire L0 émise par la banque centrale. Pour simplifier, on suppose ici que le multiplicateur de crédit est égal à 1. L’équation (3) devient alors: L0 = aY - bi qui donne l’équation LM suivante: i = aY - L0 / b (LM) Le taux d’intérêt est fonction croissante du revenu Y mais décroissant de la monnaie émise par la banque centrale. Quand le revenu Y augmente, les agents économiques ont besoins des encaisses pour payer les transactions, la demande de monnaie augmente qui faire monter le taux d’intérêt. Si la monnaie émise par la banque centrale L0 augmente sur le marché, alors l’offre de monnaie augmente qui fait baisser le taux d’intérêt et inversement. En combinant les équations IS et LM, on trouve la solution du modèle IS-LM qui est le suivant: Y = G + (f/b)L0 / 1-c + (fa/b) Le revenu national Y dépend du budget de l’état (G) et la masse monétaire L0. Quand le gouvernement fait une politique budgétaire expansive, il augmente la richesse nationale. Une politique monétaire de relance (L0) de la banque centrale augmente également le PIB. Le multiplicateur 1/ 1-c+(fa/b) est moins puissant que le multiplicateur 1/1-c plus haut. L’explication de Keynes c’est que l’élément fa/b est un « effet en retour par la monnaie » qui est un « effet d’éviction ». VVP
  12. 1 point
    vvp

    la dette de l'état

    Bonjour, Le ratio Dettes publiques/PIB définit le taux d’endettement d’un pays. Il est défini dans le même esprit que pour un client d’une banque ou pour une entreprise. Pour un client d’une banque, on prend le total de ses remboursements mensuels rapportant sur son salaire mensuel. Ce ratio détermine sa capacité de remboursement. Pour une entreprise on calcule le taux d’endettement par le ratio entre le total des emprunts de l’entreprise et ses fonds propres. Ce taux permet de savoir si l’entreprise est trop endettée ou non et en cas de défaillance, la vente de l’entreprise peut permettre de rembourser se dettes. Cependant pour un pays, ce ratio est calculé sur son PIB, c’est à dire le revenu annuel d’un pays entier qui est composé de la rémunération du travail, du capital et des impôts sur production, alors il est difficile de concevoir intellectuellement que l’état prend le PIB pour rembourser ses dettes. En tout cas, le taux est considéré, avec d’autres indicateurs, comme critère de déterminer la capacité du pays à rembourser ses dettes publiques. Ce taux est utilisé par la Commission Européenne pour contrôler l’état de dettes publiques d’un pays qui ne doit pas dépasser 60% selon le Traité de l’Union Européenne signé à Maastricht en 1992. Il est aussi utilisé par les agences de notation financières et par les prêteurs. Une baisse de ce taux ne veut pas dire que le pays a réduit ses dettes. En effet, il suffit que l’économie croisse plus vite que l’endettement pour faire baisser le taux. Une forte croissance du PIB permet au gouvernement d’encaisser plus d’impôts sur le revenu, plus d’impôts sur la société, plus de TVA alors les recettes vont augmenter et avec une politique budgétaire responsable, le pays peut dégager un solde budgétaire positif avec lequel il peut rembourser une partie de ses dettes publiques. Dans ce cas, le ratio Dettes publiques/PIB a un sens. J’espère que ma réponse te plaît. VVP
  13. 1 point
    Bonjour Guillaume, Pardon! C’est vrai que je n’ai pas parlé de façon explicite de cette technique mais pour moi la finalité tourne toujours autour du pot qui est un juste taux d’intérêt pour soutenir l’économie. Il y a deux choses différentes dans tes questions: 1/ La FED a acheté des titres MBS (mortgate backed security) qui sont des titres adossés à créance hypothécaire dan le but de faire baisser le taux d’intérêt et soutenir le marché immobilier qui était alors complètement en panne. La FED pourrait laisser le marché immobilier faire faillite mais le FED a des missions dont lutter contre le chômage et assurer la stabilité du marché. C’est une procédure exceptionnelle car en ce moment-là, il n’y avait plus de liquidité, prêteurs privés et perte de confiance totale dans le secteur bancaire. 2/ Quand aux rachats des titres auprès des émetteurs comme a fait la FED sur le marché primaire ou la BCE sur la marché secondaire en 2015, il s’agit ici de la technique « assouplissement quantitatif » ou « quantitative easing ». Cette technique est aussi pratiquée par le Japon et le R.U. Le but final est aussi de faire baisser le taux d’intérêt pour permettre à l’Etat d’emprunter sur le marché monétaire avec un taux plus bas. Concernant le risque et la limite de cette pratique, je dirais que ça dépend de la confiance des prêteurs sur le marché. Il est vrai que les prêteurs font souvent confiance aux pays développés que les autres. En cas de crise grave, le prêteurs préfèrent de prêter de l’argent aux pays développés comme la France, même avec un taux négatif, dans l’espoir de sauver leur fortune car ils croient que ces pays vont rembourser les dettes. Quand à la question de savoir si la banque centrale doit intervenir ou laisser le marché se débrouiller tout seul comme un grand, eh bien la réponse dépend de quelle école économique à laquelle on appartient. Si on appartient à l’école classique, on dirait qu’il faut laisser la main invisible régler l’équilibre du marché. Si on est keynésien, on dirait qu’en cas de crise, le marché ne peut rien fait tout seul et l’Etat doit intervenir pour relancer économie. On rappelle quand même que les banques centrales n’existaient pas avant la crise des années trente et seulement suite à cette crise que les états ont décidé de créer cette institution pour réguler le marché. Je ne sais pas si les économistes sont d’accord avec moi mais tu a posé un sujet très intéressant. Bonne continuation, VVP
  14. 1 point
    Bonjour, Je suis un newbie en économie et je me pose la question suivante sur la dette publique de la France. Si on arrive à l'équilibre, soit un taux de déficit de 0%, est-ce que ça veut dire que le volume de la dette va commencer à diminuer ? Parce que dans les dépenses il y a le remboursement de la dette je crois, donc tous les ans on va rembourser de la dette, sans avoir à emprunter pour cela. Enfin... je me demande si c'est bien ça.
  15. 1 point
    vvp

    Bonjour

    Bonjour à tous, Je m'appelle Van. Je suis informaticien retraité. J'ai également fait cinq ans d'études de sciences économiques à Paris Sud (Master). je suis ravi de découvrir ce forum. Van
  16. 1 point
    vvp

    Réserves obligatoires

    Bonjour, Les réserves obligatoires sont fixées par les banques centrale. Pour la France c'est la BCE qui les fixe pour tous les pays de la zone Euro. On oblige à chaque banque (BNP, SG, CA, etc) de déposer à la banque centrale une somme d'argent correspondant à un pourcentage du total de l'argent déposé par les clients de la banque. Avant la déréglementation (dans les années 80) ce pourcentage est important. Maintenant est presque nul. En 2010, la BCE le fixe à 2%, maintenant ce pourcentage est moindre. La monnaie dans le passé lointain était constitué de n'importe quoi (animaux, coquilles,...) puis on a découvert or et métal, on crée donc la monnaie avec ces métaux. Ensuite on imprime les billets dont la valeur est garantie par l'or déposé à la banque centrale. Depuis les années 70, on a décidé de supprimer cette garantie. Les billets ou les pièces de monnaies ne sont plus garanties par des métaux précieux. Alors en théorie ils ne valent rien. Dans la pratique, les gens font confiance à ces billets parce que ils sont garantis par la banque centrale. A partir de cette confiance, on appelle ces billets ou pièces de monnaie "la monnaie fiduciaire". Maintenant, le nombre de billets circulant sur le marché ne représente qu'une petite partie de la masse monétaire. la grande partie de cette masse est constituée par des écritures comptable. Par exemple, la banque te prête trente mille euros, elle ne te demande pas de venir à la banque pour compter les billets car ces billets n'existent pas. La banque écrit une écriture comptable au crédit de ton compte bancaire. C'est comme ça que la monnaie est créée. ce type de monnaie est appelée monnaie scripturale. J'espère d'avoir apporté une explication acceptable.
  17. 1 point
    Bonjour Cimb, Je suis nouveau également sur le forum. Ce que je peux dire, c'est que quand le déficit est à zéro, cela ne veut pas dire que le volume de la dette diminue. Cela veut dire que le volume de la dette n'augmente plus. Par exemple, 3% du PIB de déficit représente à peu près 70 milliards d'euros. Donc avec un déficit de 3%, la dette augmente d'environ 70 milliards d'euros tous les ans. Avec un déficit de 0%, la dette augmente de 0 €. Le remboursement en capital de la dette n'est pas pris en compte dans les dépenses du budget de l'Etat français. Le capital de la dette est géré par l'Agence France Trésor (Je ne suis pas un expert là-dessus d'ailleurs et je ne sais pas comment se rembourse le capital puisqu'il est traité hors budget). Seulement les intérêts sont pris en compte dans les dépenses du budget. Donc avec un déficit à 0% la charge d'intérêt est couverte à 100% (comme toutes les autres dépenses) par les recettes de l'Etat français. Après, ce n'est pas par ce qu'un Etat a un déficit à 0% qu'il n'emprunte plus sur le marché. Il peut emprunter mais couvrir ses emprunts par des recettes (stratégie d'investissement) et dégager un excédent. En théorie cependant, comme l'Etat français honore ses dettes tous les ans, effectivement si la France arrive par miracle à avoir un budget à 0%, le stock de la dette, logiquement, diminuera puisqu'elle rembourse ses créanciers régulièrement. Maintenant, les emprunts étant réalisés sur des échéances tellement élevées (30 ans voire plus), je ne suis pas sûr que l'effet soit immédiat. Du coup je pense qu'il faudrait se renseigner sur la gestion du capital de la dette française par l'Agence France Trésor. Voilà. Sur ce je te souhaite une bonne soirée. Guillaume
  18. 1 point
    Guillaume

    Bonjour et merci pour votre accueil.

    Bonjour, je me prénomme Guillaume, 38 ans, infirmier en santé mental, spécialisé en gériatrie et psycho gériatrie depuis 13 ans maintenant. Durant mon cursus professionnel, j'ai eu l'opportunité d'être dans la direction d'une MRS, ce qui m'a valu une approche de management et politique dans les soins de santé. Aujourd'hui, l'évolution se faisant, je me prépare à entrer en master en sciences politiques économiques et sociales l'année prochaine. Cependant, vous l'aurez très probablement compris, je n'ai guère le diplôme adapté. Pour ce faire, en juin 2018, je me dois de passer un concours d'entré, et cela comporte une analyse de texte economique ainsi qu'un examen concernant l'économie. Je viens donc vers vous dans le but de compléter mon étude, ainsi que de pouvoir avoir votre aide pédagogique à la compréhension de certains principes ou autre. D'avance merci, cordialement, Guillaume.
  19. 1 point
    Jean Tirole (X1973), prix Nobel d’économie 2014, a donné une conférence devant les élèves de l’École polytechnique le 28 septembre 2015. Le polytechnicien répond aux questions des étudiants sur l’avenir de l’Europe, le chômage, le climat ou encore l’économie industrielle.
  20. 1 point
    Bernard

    les banques et le credit

    Merci pour cette réponse qui répond partiellement à ma question. Supposons que demain je devienne moi même une banque. Je possède 1500 € sur mon compte. J ai compris qu avec le système des réserves fractionnaires jee suis autorisé à prêter que 10000 €. Je crée 8500€ ex nihilo que je dépose sur le compte de mon emprunteur. Tout ce qui sera debite le sera sur ce compte donc tous les paiements seront honorés Si l emprunteur ne rembourse pas ces 10000€, aucun emprunt effectué auprès des autres banques ni à la BCE puisque c est sur ma réserve Si j annule une partie de la dette de 8500€ avec le meme jeu d 'ecriture qui m a permis de les créer je remets les comptes à 0 à 1500€ prés que vais devoir réclamer à mon emprunteur. Mais il y aura 10000€ injectés dans l économie. Ou est la faille dans mon raisonnement ?
  21. 1 point
    Athena

    Présentation

    Bonjour, Je ne suis pas du tout économiste, ni étudiant, mais ce sujet soulève ma curiosité depuis peu. Je cherche à comprendre les mécanismes fondamentaux de l'économie et de la monnaie, mais les ouvrages lus ne répondent pas à toutes mes questions. J’espère pouvoir trouver ici matière à réflexion, à discussion, et peut-être quelques réponses.
  22. 1 point
    chanceachille

    les banques et le credit

    Je rajouterais que la banque commerciale lorsqu'elle accorde un crédit crée de la monnaie scripturale (somme inscrite sur le compte du débiteur) ex-nihilo, c'est-à-dire à partir de rien. Sauf que cette monnaie peut faire l'objet d'un retrait de la part du débiteur en monnaie scripturale (billets), et là il faut bien que la banque dispose de monnaie sonnante et trébuchante (même si ce sont des billets^^). Ainsi la monnaie qui est retirée d'un compte à vue sous forme de billet provient de la BCE qui émet cette monnaie. La banque commerciale qui accorde le crédit doit a se procurer cette monnaie centrale (avant ou après le crédit) de façon à pouvoir faire face à des retraits de billets ou des paiements interbancaires. Soit la banque commerciale dispose de liquidités sur son compte à la banque centrale pour faire face aux retraits et là tout va bien. Soit elle ne dispose pas d'assez de liquidité et là elle doit effectuer des emprunts auprès d'autres banques (marché interbancaire), et si aucune banque commerciale ne veut lui prêter elle peut toujours se retourner auprès de la BCE pour avoir une "facilité de prêt" à un taux souvent supérieur à celui du marché interbancaire. Donc in fine l'argent créée par les banques commerciales est souvent émis par la banque centrale via ses opérations d'open market pour refinancer les banques commerciales en monnaie centrale (billet), mais la décision de création monétaire revient bien au départ de la banque commerciale lorsque"elle accorde un crédit.
  23. 1 point
    Reprenez historiquement les évolutions de la politique monétaire. Peut-être faire un plan comme cela (idée en vrac): - Période politique monétaire expansive/restrictive. - La politique monétaire conventionnelle et non conventionnelle. - Le rôle de la BCE --> Objectif final, intermédiaire et opérationnel. - Quel est le but de changer de politique monétaire.
  24. 1 point
    Shol4891

    Cours du petrole et inflation

    Dans la video suivante: Le type dit à 14:10 "lorsque le pétrole augmente, on a une petite hausse de l'inflation sauf au niveau sous-jacent ou il ne se passe rien" Cela m'a surpris car je me disais que si le cours du pétrole augmente alors certes les produits énergétiques augmentent mais concernant les produits non-énergétiques, les ménages ayant moins de pouvoir d'achat à cause de l'augmentation du pétrole, il y aura moins de demandes sur les produits non-énergétiques et leurs prix diminueront i.e. baisse de l'inflation des produits sous-jacents. Je suis tombé sur un article: http://economic-research.bnpparibas.com/Views/DisplayPublication.aspx?type=document&IdPdf=27441 en deuxieme page colonne de gauche: "Ces effets indirects s’appliquent donc à l’inflation sous-jacente, c’est-à-dire hors énergie et produits d’alimentation. " "en période de faible demande, la baisse des coûts de production sera plus souvent répercutée sur les prix de vente." " Le recul de 30% du prix du baril de Brent entre mi-novembre et fin janvier, pourrait donc exercer une pression à la baisse sur l’inflation sous-jacente de 0,6 point." "De ce point de vue, en soutenant le pouvoir d’achat des ménages et la consommation, le repli des prix du pétrole est plutôt un développement positif." Les deux premieres phrases et la quatrieme vont dans le sens de ce que je pensais, mais la troisieme non... Selon moi: le recul de 30% du prix du baril de Brent devrait "soutenir le pouvoir d'achat des ménages et la consommation" et donc augmenter la demande et donc augmenter la repercussion des couts de production sur les prix de vente et in fine augmenter l'inflation sous-jacente...
  25. 1 point
    chanceachille

    Définition précise du PIB

    Alors pas exactement pour la VA et la tva. Il n'y a qu'une seule et unique VA. Imaginons: une entreprise acheté des planches pour 10euros. Avec cela elle crée une étagère qu'elle vend 30 euros. Elle aura créer une VA de 20euros. On dit qu'elle a ajouté de la valeur à ses consommations intermédiaires. C'est précisément cette VA qui est prise en compte dans le PIB. La TVA est payée sur le prix de vente total et pas sur la VA il me semble. En tout cas pour calculer le PIB on fait la somme de toutes les VA créés par les entreprises. Pour les actionnaires ce n'est pas perdu puisque les stocks seront vendus l'année prochaine ou plus tard encore. Sauf si l'entreprise fait faillite et la Oui c'est une perte du coup. Mais en général les détenteurs du capital touche bien leur revenu au final mais sur la prochaine période de vente. Pour la demande on peut la traduire par une commande. Les économistes la définissent par: la consommation des ménages, investissement entreprise et Etat et demande extérieure. C'est une demande qui s'adresse aux entreprises productrices de biens services donc le bien demandé existe avant la demande.
  26. 1 point
    Le problème est la transition. Par exemple pour l’Europe, la part de l’énergie renouvelable dans tout le mix énergétique est celui-ci : https://www.manicore.com/documentation/chiffres_energie_graph1.jpg Par ailleurs il y a deux points faibles pour le moment, concernant les renouvelables : L’intermittence des renouvelables n’est pas vraiment solutionnée. Les transports qui demande une énergie transportable. Si un pays décide de passer au tout renouvelable, il faut investir très très massivement et mettre à la poubelle pas mal d’infrastructure existantes : centrales, raffineries, pompes à essence, etc.. Pendant ce temps là, les autres pays continuent avec les énergies classiques dont ils ont déjà les infrastructures, ce qui les rend plus compétitifs, tant que l’énergie fossile n’est pas chère. Le pays qui a investi dans les renouvelables devient moins compétitif car le coût de l’énergie sera supérieur aux autres pays qui n’ont pas fait l’effort d’investir dans les renouvelables et qui n’ont pas bazardés leurs infrastructures existantes. Le choix du tout renouvelable est un risque pour l’économie du pays. Par contre, une fois le parc renouvelable installé et financé, c’est tout benef pour le pays qui aura fait ce choix. Il y aura l’entretien à financer tout de même. Les freins sont donc la transition, le stockage et la compétitivité pour le moment.
  27. 1 point
    ilfaitbeau

    dette d’état résolue ?

    Merci de votre réponse, je me sens moins seul. Toutefois je ne saisi pas votre argumentation « l'impôt est prévu pour des utilisations contribuant à l'intérêt commun. » Oui dans le cadre actuel ,vu que c’est la principale source de revenu de l'état, qui permet de financer le bien commun. Dans ce que je propose il n’y a plus besoin de faire des bénéfices quelque part pour financer du bien commun. Donc plus besoin d’impôt. « La vie aurait été trop facile si ça se passait comme ça » ce n’est plutôt pas un problème ? A moins qu’en baver soit un objectif dans la vie ? Je m’attendais a une levée de boucliers de tous ceux qui profitent du système actuel, ou encore que cela génère de l’inflation, ce que je n’arrive pas à bien comprendre.
  28. 1 point
    OlivierFore

    dette d’état résolue ?

    Bonjour, Il m'est aussi arrivé de penser également comme vous. Mais ce concept n'est pas faisable selon mon avis personnel, pour 2 raisons principales: - la création monétaire pour financer toutes les administrations sans contrepartie n'est pas possible car justement elle s'effectue sous plusieurs conditions. La vie aurait été trop facile si ça se passait comme ça. Et économiquement parlant, la banque centrale ne détient pas aucun stock de monnaie centrale.La monnaie centrale -les entreprises privées et les particuliers doivent payer l'impôt car l'impôt est prévu pour des utilisations contribuant à l'intérêt commun.
  29. 1 point
    Sebastien

    Bonjour à tous

    Bonjour à tous, Etudiant en école de commerce, je cherche à comprendre comment fonctionne les rouages de l’économie mondiale. Je suis passionné par l’entreprenariat et a pour ultime but de changer le monde (C’est un beau rêve ^^). Aussi, j’espère trouver un début de réponse sur ce forum et de nouvelles approches sur différent sujet. Sur ce, je vous souhaite à tous une excellente journée !
  30. 1 point
    Bonjour, J'aimerais connaitre les conséquences d'une sortie de la grande bretagne de l'euro quelles conséquences concrètes ca aurait en Europe ? et pour la grande bretagne ?
  31. 1 point
    Le Royaume-Uni aura quitté réellement l'UE le 01-01-2019 selon Theresa May , la nouvelle occupante du 10 Downing Street . Pour le moment il semble que les citoyens britanniques aient été bien inspirés car l'Europe du Sud connait bien des problèmes . Le secteur bancaire italien aurait besoin d'être recapitalisé ( 50 Mds ? ) rapidement sinon des banques privées italiennes vont faire faillite , mais la nouvelle réglementation UE depuis janvier 2016 empêche l'état italien de le faire , donc on va voir quelle solution sera adoptée . Le Portugal et l'Espagne ont des politiques économiques privilégiant la lutte contre le chômage plutôt que la lutte contre les déficits publics , ce qui déplaît aux Allemands ( qui eux ont un excédent commercial trop important ) . Depuis quelques années la Grèce n'échappe au défaut de paiement qu'en bénéficiant de l'aide des autres pays de l'UE , qu'elle ne remboursera pas . La France , enfin , ne fait aucun effort pour se réformer .
  32. 1 point
    Jokari

    PIB tendanciel et chômage

    Certains estiment ( des personnes très réputées ) que dans 20 ans 1/3 des emplois seront supprimés du fait des progrès en matière de robotisation et d' Intelligence artificielle . Mais les démographes , eux , voient 1/4 de population mondiale supplémentaire dans le même temps ( 9 Mds d'individu(e)s ) . Donc on devrait continuer à assister au " génocide " de la classe moyenne dans de nombreux pays et à énormément de pauvreté . On peut également spéculer qu'il y ait des troubles sociaux à cause du chômage et des bas-salaires . Mais je me trompe peut-être de paraître aussi pessimiste .
  33. 1 point
    Jokari

    Définition précise du PIB

    Une info m'a particulièrement interpellé récemment : le PIB 2015 de l'Irlande a été fortement révisé à la hausse il y a quelques jours , en grande partie parce que de nombreuses entreprises de l'UE ont transféré leurs comptes dans leurs filiales en Irlande . Fort logiquement , le PIB de quelques pays européens auraient dû en contrepartie être révisés ( même modestement ) à la baisse , alors qu'il n'en est rien !
  34. 1 point
    Meritante

    Le cout de la grève en France ?

    Bonjour, sujet peu abordé par les médias j'ai l'impression : depuis que le pays est bloqué par l'extreme gauche, personne ne se pose la question de savoir combien coute la grève à la France je serais curieuse de voir les chiffres, ils doivent etre assez incroyables et qui va payer, certainement pas les fonctionnaires grévistes et les étudiants & faux étudiants d'extreme gauche...
  35. 1 point
    Jokari

    QCM de Microéconomie

    Je dirais 1 a ; 2 c et 2 f ; 3 a . Merci de me répondre si je ne me suis pas trompé !
  36. 1 point
    Charly_LD

    #InformationsPourTous

    Bonjour à tous, Je suis depuis peu à l’origine d’un projet autour duquel j’aimerais échanger avec vous. En effet, convaincu qu’en 2016 « l’absence » de communication « accessible », simple et pertinente autour de sujet majeurs telle que la politique, l’économie voir même un certain nombre de fait de société, tire inexorablement la population française et en particulier les jeunes vers le bas… J’ai décidé humblement de créer un twitter regroupant et résumant les faits marquant de notre quotidien afin de les mettre en lumière pour le plus grand nombre… Celui-ci n’ayant que quelques jours d’existence, le contenu comme le nombre de lecteur reste relativement « pauvre » mais j’aurais souhaité connaitre votre avis sur le sujet et voir si vous aviez d’éventuels conseils à m’apporter. Par avance, merci pour vos conseils ! #Charly_LD
  37. 1 point
    Salut Je me demande si on peut qualifier la politique d'Hollande de keynesienne ? il y a eu pas mal de relance par la demande si je ne me trompe pas mais je voudrais etre sur de pas confondre ? merci
  38. 1 point
    SuckjEh

    Monnaie unique mondiale : une utopie ?

    Il y a trop d'écart entre les différentes économies, ne serait-ce qu'en Europe pour rendre une monnaie unique possible, alors à un niveau mondial... C'est impossible, il faudrait que la monnaie puisse servir à des pays très riches, et d'autres très pauvres sans pour autant que les montants soient farfelus (puisque si on à la même monnaie partout, et qu'au Zimbabwe, un kilo de riz vaut 10 unités monétaires, il en vaudrait surement 10 000 aux états unis...)
  39. 1 point
    Bonjour à tous, D'après moi, l'une des raisons pour laquelle une monnaie unique ne résoudrait pas le problème, c'est que cette monnaie ne représenterai pas la même chose pour le monde, car elle ne sera pas suivi d'une "Nation mondiale". Aujourd'hui, la diversité des monnaies et de leurs variations révèlent des différences de situation économique, sociale et financière. Si des pays ont historiquement une monnaie, c'est liée à leurs identités et leurs histoires créant une culture, un patrimoine et une cohérence, en un mot: une Nation. Une nation ne se réduit pas à sa seule monnaie mais elle reflète une ambition d'un pays par rapport aux autres. Le coût induit des choses est différent selon les pays, les bouleversements qu'entrainerait immédiatement l'introduction de cette monnaie serait d'achever les populations pauvres à travers le monde car la demande domestique sera d'autant plus "pompée" par les exportations. Il faudra du temps, le jour où le prix des choses et la morale sont universelles n'est pas encore arrivé. Mais j'espère être en vie pour voir ça... Cordialement, Guillaume P.S A Ricou888 - faire disparaître ne fait pas disparaître l'arnaque - au contraire !!! - et je ne pense pas qu'un monde où chaque transaction est répertoriée plairait à grand monde... du grand-père, à l'ami aidant, à l'étudiant, aux sdf... et ne parlons même pas des moyens de fraudes bien réels... P.S² A Anne S. - je suis d'accord avec toi, ça n'apportera pas la croissance, où pas à 75%, cela sera encore un aspirateur à richesses... pour changer la monnaie, il faut harmoniser les lois, les fiscalités, les modèles démocratiques etc... on a le temps d'y penser ^^'
  40. 1 point
    Anne S.

    Monnaie unique mondiale : une utopie ?

    Oui, cela reste en effet une forme de monnaie le paiement par carte. Si je suis ton idée il faudrait alors ne plus utiliser du tout de la monnaie et revenir au temps ou elle n'existait pas, donc faire des échanges de biens. Or cela ne répond donc pas à la double coïncidence des besoins: quelqu'un qui a un boeuf ne voudra pas forcément l'échanger contre 10 pommes. La monnaie reste donc un intermédiaire des échanges indispensable. Après à voir si justement une monnaie mondiale ne résoudrait pas certains problèmes. Je reste certaines que tous les pays ne l'accepterait jamais, pour garder une certaine puissance je pense, et puis car cela dynamise les échanges internationaux et donc la croissance.
  41. 1 point
    Bonjour, J'aimerai avoir votre avis sur le troc. Pensez-vous qu'avec la crise économique qui perdure en Europe , et plus spécialement dans les pays les plus en difficulté comme l'Espagne par exemple, une partie croissante de la population va se tourner vers d'autres moyens d’échange comme le troc ou l'échange de services... Merci
  42. 1 point
    Just2know33

    Le cac et nous

    Bonjour Floom, Tu pointes la remontée du CAC comme un indicateur directement en lien avec l'économie française - je ne pense pas que ce soit ainsi. Le CAC est un agrégat qui consolide les valorisations des entreprises qui le composent - il est vrai qu'il s'agit d'entreprises qui ont leurs sièges en France mais leurs capitalisations n'est pas directement en lien avec la situation du pays. Comme tu pourras t'en rendre compte en visualisant le bilan de ces entreprises, une part de plus en plus infime est réalisée dans l'hexagone - l'augmentation du CAC signal juste que ces entreprises sont encore solides dans un contexte incertain et qui, pour la plupart, augmentent leurs chiffres d'affaires ou leurs résultats. L'annonce de la perte s'est faite le 20/11/11 - et contrairement à ce que tu dis le CAC40 ne s'est pas effondré - il a lègerement baissé pour remonter dès le lendemain. Comme le montre ce graphique sur 6ans : * http://www.boursorama.com/bourse/cours/graphiques/historique.phtml?mo=0&form=OUI&code=FR0003500008&symbole=1rPCAC&choix_bourse_graf=country%3A33&tc=line&duree=72&pe=0&grap=1&is=0&mm1=50&mm2=&mm3=&comp=0&indiceComp=1rPCAC&codeComp=&choix_bourseComp=country%3A33&i1=4&i2=no&i3=no Et comme tu le remarqueras nous sommes encore loin des 6000points atteind en 2007... Concernant la situation de la France, il ne faut pas être non plus pessimiste - regarde dans les autres pays le niveau de rigueur imposé et l'évolution de la croissance. Ou alors il va falloir m'expliquer pourquoi la France est toujours dans le trio de tête de l'attraction des IDE, de la valorisation immobilière, un taux d'emprunt d'Etat minim, une épargne privé abondante et en hausse, et une représentation diplomatique importante. Pour conclure, le CAC40 (et Mid&Small) est plus lié à la conjoncture internationale et pas seulement nationale. En espérant avoir répondu à votre interrogation, Cordialement, FlouteX
  43. 1 point
    Bonjour à vous amis économistes, Etant actuellement en 3 ème année d'école de management hôtelier comme m'on ami benjamin, et n'ayant aucun background en matière d'économie, je vous appelle à l'aide !. il m'est demandé dans un projet d'étudier la problématique suivante : Project Overview: The student is required to select a European country and prepare an economic analysis emphasizing the aspect of doing business in that country. This involves having a thorough knowledge of the different factors that have influenced the present economic situation of the chosen country. Auriez vous des conseils, des plans, des documents intéressants et compréhensibles pour quelqu'un n'ayant jamais fait d'éco auparavant ? Vous remerciant par avance de votre temps. Thomas.
  44. 1 point
    Bonjour à vous amis économistes, Etant actuellement en 3 ème année d'école de management hôtelier, et n'ayant aucun background en matière d'économie, je vous appelle à l'aide !. il m'est demandé dans un projet d'étudier la problématique suivante : [i][b]Project Overview:[/b] The student is required to select a European country and prepare an economic analysis emphasizing the aspect of doing business in that country. This involves having a thorough knowledge of the different factors that have influenced the present economic situation of the chosen country. [/i] Auriez vous des conseils, des plans, des documents intéressants et compréhensibles pour quelqu'un n'ayant jamais fait d'éco auparavant ? Vous remerciant par avance de votre temps. Benjamin.
  45. 1 point
    garou

    Monnaie unique mondiale : une utopie ?

    mais une autre solution consisterait à faire disparaître la monnaie et que tous les échanges soient dématérialisés [...] Tous les paiements se feraient par carte y compris les échanges de faibles montants Salut ricou, excuse moi, mais j'ai pas trés bien saisi ton idée. Tu considère que si tout le monde paye à travers des modes informatisés on fait diparaître une monnaie.?? Mais la monnaie ne se limite pas à une forme corporelle, aujourd'hui lorsque je paye par carte à une entreprise américaine j'utilise ma monnaie, l'Euro, qui sera convertie par un taux de change en dollars.
  46. 1 point
    Just2know33

    Bonjour - présentation

    Bonjour, Je m'appelle Guillaume, 24 ans, titulaire d'un DUT GEA option Finance et Comptabilité - j'ai travaillé dans plusieurs entreprises financières comme comptable ou trésorier. Passionné d’Économie depuis plusieurs années, je souhaite partager avec d'autres personnes, et approfondir mes connaissances. Je suis actuellement Contrôleur de gestion dans une société internationale de courtage en produits financiers. Mes économistes fétiches sont: Schumpeter - Stiglitz - Keynes - Smith et Marx. A bientôt, bonne journée : )
  47. 1 point
    Marie76

    Cours FAC

    Bonjour tout le monde, Je suis en DUT TC à Rambouillet et j'aimerai savoir si vous aviez des cours correspondant à mon cursus et si certains d'entre vous qui faites la meme chose ou s'y connaisse pourrait m'aider. Merci d'avance à très vite.
  48. 1 point
    Matrix

    PIB tendanciel et chômage

    Bonjour, Le PIB tendanciel est le reflet de la croissance potentielle. Votre question fait référence à la loi d'Arthur Okun (1962) qui décrit une relation linéaire empirique entre le taux de croissance (du PIB) et la variation du taux de chômage. En dessous d'un certain seuil de croissance, le chômage augmente ; au-dessus de ce seuil, il diminue, à élasticité constante. Cette relation apparaît également dans la [b]courbe de Phillips[/b]. okun définit un seuil et un coefficient de corrélation entre la croissance et le chômage. La relation que décrit la loi d'Okun ne prend toutefois pas nécessairement les mêmes valeurs en fonction des pays et des époques. En particulier, le seuil à partir duquel chaque point de croissance conduit à une baisse du taux de chômage, de même que le [b]coefficient d'Okun[/b], varient en fonction du temps et du pays concerné. Le coefficient d'Okun est donc variable. Dans le cas de l'économie française le seuil de croissance crée des emplois a nettement diminué. Il était de 4,94 % de 1970 à 1989 puis est passé à 1,94 % depuis 1990. Le taux de croissance au-dessus duquel le taux de chômage baisse est, ainsi, beaucoup plus faible dans la période récente que dans les années 1970 et 1980 : il suffit que la production croisse de plus de 1,94 % pour que le chômage diminue. Cette baisse du seuil critique est en large partie dû à la très forte diminution des gains de productivité qu'a connu l'économie française : de 2,5 % par an dans les années 1970 et 1980, la croissance de la productivité par tête n'a été que de 1,3 % dans les années 1990. Cordialement.
  49. 1 point
    WADECK

    Prévisions/Révisions Bac 2012

    Bonjour à tous, En ce moment, mes cours sont plus portés sur le thème "conflits et mobilisation sociale" car j'aimerais préparés au mieux mes élèves de Terminale au bac. Pensez-vous que le sujet de dissertation portera sur ce thème là? L'Etudiant indique qu'il y a de fortes chances que ça tombe mais je n'en suis pas si sur, pourriez vous m'aider s'il vous plait ?
  50. 1 point
    garou

    Monnaie unique mondiale : une utopie ?

    Bonsoir, T'as qu'a prendre comme exemple la zone euro. En effet, si on restreint le monde à l'Europe, il y a quelques année on a conclut une intégration monétaires a travers l'euro. Néanmoins cette monnaie unique dans la zone euro, va [b]limité la souveraineté de l’État[/b]. L'entrée dans la zone euro a nécessité l'accord de tous ces pays envers un [b]pacte de stabilité et de croissance[/b] (dette inférieur à 60% du PIB, déficits inférieur à 3% du PIB). Dans l'optique d'une stabilité monétaire, l’État perd donc une partie de sa souveraineté, ici en matière budgétaire, et est soumis à des organisme internationaux qui ont un rôle régulateur: la [b]BCE[/b] contrôle l'inflation. Pour faire simple, l’intégration monétaire impose aux États des politiques de rigueurs budgétaires (fin de la créations monétaires et des dévaluations). Mais une intégration monétaire va beaucoup plus loin, elle s'accompagne généralement d'autre rapprochement entre pays qui participe a l'affaiblissement de la souveraineté étatique. D'un points de vue plus économique, la monnaie unique s'accompagne de [b]réforme de libéralisations des échanges[/b] comme c'est le cas en Europe [b]qui empêche les pays de mener des politique individualistes[/b]. Par exemple, la France ne peut plus subventionner une entreprises afin de lui procurer des avantages de compétitivité. Donc, l'intégration monétaire pose un problème au niveau de la souveraineté des États, débat qui existe déjà pour l'Europe. A l'échelle européenne cela et déjà difficile, à l'échelle mondiale cela est impossible du faite que certains pays (Chine) refusent de suivre des règles internationales en sous évaluant sa monnaie. Il faut donc relié directement l’intégration monétaire à la souveraineté de l’État.

© Ecossimo - Contact - Conditions générales - Legal

×
×
  • Create New...