Jump to content
Ecossimo

Rejoignez Ecossimo !

Vos cours d'économie offerts à l'inscription !

Rejoindre Ecossimo

Matrix

Membres
  • Content Count

    2
  • Joined

  • Last visited

  1. Bonjour, Les études comparatives sont souvent délicates. Pour votre question, il est souhaitable de rapporter le poids de la dette au PIB. Ainsi, fin 2011, la dette brute de la France représentait 87% de son PIB alors que celle des Etats Unis représentait 100% de son PIB. Fin 2012, la dette brute des USA a dépassé 100% de son PIB, celle de la France étant à 89,9% du PIB. La dette Brute de la France est donc moins importante que celle des USA si on la rapporte au PIB. Cependant au trimestre 4 de 2012 la dette nette de la France était à 81,1% de son PIB alors qu'au trim 3 de 2012 elle était de 80,3%. En 2012, la dette nette à augmentée alors que la dette brute tend à diminuer. Pour votre exposé, peut être trouverez vous plus d'information sur les site de presse spécialisés en économie (Le monde, la tribune, alternative éco). Je vous conseille de de faire un plan en deux parties, deux sous parties. Rédigez d'abord l'introduction avec la problématique, puis la conclusion, et après faites le développement. A la présentation, bien sûr, vous présentez dans l'ordre intro, développement conclusion. Prenez en compte les différence des contexte entre les deux pays. Ainsi que les différences de marges de manoeuvre. Un conseil, la prochaine fois, évitez les études comparatives. Bon courage. Cordialement.
  2. Bonjour, Le PIB tendanciel est le reflet de la croissance potentielle. Votre question fait référence à la loi d'Arthur Okun (1962) qui décrit une relation linéaire empirique entre le taux de croissance (du PIB) et la variation du taux de chômage. En dessous d'un certain seuil de croissance, le chômage augmente ; au-dessus de ce seuil, il diminue, à élasticité constante. Cette relation apparaît également dans la [b]courbe de Phillips[/b]. okun définit un seuil et un coefficient de corrélation entre la croissance et le chômage. La relation que décrit la loi d'Okun ne prend toutefois pas nécessairement les mêmes valeurs en fonction des pays et des époques. En particulier, le seuil à partir duquel chaque point de croissance conduit à une baisse du taux de chômage, de même que le [b]coefficient d'Okun[/b], varient en fonction du temps et du pays concerné. Le coefficient d'Okun est donc variable. Dans le cas de l'économie française le seuil de croissance crée des emplois a nettement diminué. Il était de 4,94 % de 1970 à 1989 puis est passé à 1,94 % depuis 1990. Le taux de croissance au-dessus duquel le taux de chômage baisse est, ainsi, beaucoup plus faible dans la période récente que dans les années 1970 et 1980 : il suffit que la production croisse de plus de 1,94 % pour que le chômage diminue. Cette baisse du seuil critique est en large partie dû à la très forte diminution des gains de productivité qu'a connu l'économie française : de 2,5 % par an dans les années 1970 et 1980, la croissance de la productivité par tête n'a été que de 1,3 % dans les années 1990. Cordialement.

© Ecossimo - Contact - Conditions générales - Legal

×
×
  • Create New...