Accueil > Travail > Sécurité au travail : la protection du travailleur isolé

Sécurité au travail : la protection du travailleur isolé



On parle de travail isolé lorsqu’une personne travaille seule sur des travaux ou sur une tâche qui l’oblige à être hors de portée de vue ou de voix pendant un certain temps. En cas d’incident, aucune possibilité de recours n’est envisageable. Le travail isolé aggrave alors le risque de l’activité. Un risque qui peut augmenter selon les circonstances. Quelles solutions prévoir pour garantir la sécurité des travailleurs isolés ? Les réponses dans cet article.

Pourquoi le travail isolé est-il soumis à une protection stricte ?

Le travail isolé représente un travail à risque, car on se retrouve hors de portée pendant un temps bien défini. Pour être on ne peut plus clair, en cas de problème, d’accident ou de malaise, vous n’aurez aucun support à votre disposition.

La gravité du risque est majorée selon la durée d’isolement. Généralement, ce genre de travail dure plus d’une heure, mais quand il s’agit de travaux fortement exposés à des dangers, le délai se voit écourté.

Dans tous les cas, si le travailleur est confronté à une situation imprévue, il ne pourra pas demander de l’aide. Son seul recours : ses compétences ainsi que les DATI pour travailleur isolé, des dispositifs qui permettent de s’extirper d’une situation dangereuse : géolocalisation, détection de la perte de verticalité ou encore balise sonore.

Il existe de nombreux postes de travailleurs isolés. Cela concerne environ 10 % des salariés. Mais la prévention de cette situation commence par l’organisation du travail. En effet, mettre en place un système d’organisation efficient, c’est réduire au maximum les travaux en isolement. S’ils sont réellement indispensables, il faudra mettre en place un système d’alerte ainsi que des dispositifs de secours.

sécurité au travail DATI

La mise en place d’un DATI (dispositif d’alarme pour travailleur isolé) se retrouve en tête de liste dans le classement des meilleures mesures de prévention. Ce concept revient à mettre à la disposition d’un travailleur isolé un émetteur et un récepteur permettant de détecter sa position et son état physique.

D’ailleurs, le Code du travail impose une surveillance accrue pour certains secteurs d’activité. Le forage de puits et l’utilisation d’appareil de levage ou d’engin de chantier en font partie.

Les risques du travailleur isolé

Chaque jour, les travailleurs isolés s’exposent à des risques considérables qui peuvent être de nature médicale, physique et psychologique. En ce qui concerne les raisons, elles varient selon différents critères.

Les risques médicaux

Certaines circonstances entraînent forcément l’apparition de maladies chez les travailleurs isolés. Maladies qui peuvent survenir suite à une exposition régulière aux risques. Les symptômes apparaissent brusquement et peuvent être handicapants.

Ainsi, le travailleur ne peut poursuivre sa mission. Parmi les risques médicaux les plus courants, on cite les problèmes cardiaques, les crises d’angoisse, l’épilepsie et les vertiges.

Les risques psychologiques

Les risques auxquels les travailleurs isolés s’exposent régulièrement peuvent influer de manière négative sur leur santé psychologique. L’isolement, par exemple, entraîne sur le moyen et le long terme un problème psychique.

En effet, lorsque certaines personnes sont constamment isolées, elles finissent par ressentir un sentiment d’abandon et de frustration. Attention ! Cela n’empêche pas d’autres de s’épanouir totalement dans ce genre de situation.

Les caractéristiques mentales jouent alors un rôle relativement important lorsqu’il s’agit de faire face à des imprévus. D’ailleurs, on doit garder en tête que lors d’une situation d’urgence, le travailleur isolé est confronté à lui-même. Toutes les décisions lui reviennent. Ainsi, s’il présente une réaction inadaptée, son stress peut très vite s’amplifier.

Les risques physiques

Ce genre de risque prend plusieurs formes, dont les agressions verbales, les agressions physiques et les agressions psychologiques. Selon les statistiques, les secteurs qui présentent le plus de risque sont les services à la personne, les services de réparation, les services de livraison et le démarchage commercial.

Sécurité des travailleurs isolés : quelles sont les mesures de prévention ?

Pour garantir la sécurité des travailleurs isolés, il est impératif de définir des mesures de prévention. Certes, le Code du travail ne mentionne pas une règle spécifique dans ce domaine. Mais il existe tout de même des recommandations émanant de la CNAMTS (Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés).

Les mesures de prévention générales

Les préventions générales visent à mettre en place des systèmes de prévention primaires, secondaires et tertiaires. La première consiste à dresser la liste des postes et des éventuelles situations à risque auxquelles un travailleur isolé peut s’exposer.

Cette liste permet d’identifier et de prévoir tous les types de dangers. Les mesures de prévention générale passent nécessairement par une formation du travailleur isolé.

La prévention secondaire se traduit par la mise en place de dispositions strictes pour détecter au préalable les risques lorsqu’un accident et un incident surviennent. Le but étant d’intervenir rapidement.

Elle consiste notamment à surveiller directement ou indirectement le travailleur avec un DATI, un système de télésurveillance ou encore une ronde. Si le travailleur est en déplacement, il se voit dans l’obligation d’informer son entreprise concernant le lieu et l’heure de son intervention, son mode de transport et son retour prévu.

travailleur isolé

La prévention tertiaire, quant à elle, permet de limiter les dommages. Si après la prévention tertiaire et secondaire, le problème persiste, il convient de réduire les complications en organisant des secours ou en reclassant le poste du travailleur.

En cas de violence externe, il incombe à l’entreprise de fournir au travailleur isolé un accompagnement et une prise en charge. Bien évidemment, tous les frais occasionnés seront à la charge de l’entreprise.

Travailleurs isolés : la prévention individuelle

Pour affronter au mieux toutes les situations, un travailleur isolé doit impérativement suivre une formation et avoir en temps et en heure toutes les informations qui lui sont indispensables. Il s’agit non seulement de booster ses compétences, mais aussi de lui fournir un moyen d’alerte. Si le travailleur est sujet à une pathologie spécifique, il doit en permanence avoir sur lui une carte d’identification.

Autre prévention individuelle : les personnes souffrant d’addiction ne doivent en aucun cas exercer en tant que travailleurs isolés. Cela inclut les alcooliques ainsi que les toxicomanes.


Notez cet article :
Sécurité au travail : la protection du travailleur isolé 5.00/5 - 1 vote

Auteur : Julie


Commentaires :






Une question ?

Posez la sur le forum Ecossimo !


Vous et l'économie ?